• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Deux fois plus d'IVG de mineures à la Réunion


  • Publié le 09.04.2013 à 10h32
  • |
  • |
  • |
  • |


Elles ont 16 ans et certaines ont déjà eu un premier enfant ou ont avorté. Comment ces mineures vivent-elles ce premier rapport à la maternité ? Cette situation s’accompagne-t-elle obligatoirement d’une détresse, est-elle le signe d’un isolement ? S’agit-il d’un échec des politiques de prévention ?
Nourris de ces questions, des médecins ont rencontré, pendant six mois en 2009, 145 jeunes filles sur l’ile de la Réunion. Leur étude, présentée dans le dernier bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH), nuance les idées admises en métropole.
D’abord, le « paysage » y est différent. Le nombre d’accouchements sur l’île y est sept fois plus élevé et 12 % des IVG concernent des mineures, deux fois plus qu’en métropole, explique Eric Favereau dans Libération.
Sur les 145 jeunes filles, 97 allaient avorter, 48 devaient accoucher. 8 % d’entre elles avaient déjà connu cette situation.

Pour la plupart, ces mineures n’étaient pas déscolarisées et vivaient sous le toit familial. En cas d’IVG, c’est le partenaire qui était le premier informé, suivi par la mère.
« Second, constat, relève le journaliste, la contraception et la prise en charge restent tardives ». 25 % n’avaient jamais employé de moyen contraceptif ; la majorité des jeunes filles avait « une utilisation mal maîtrisée des moyens contraceptifs », explique le BEH. Plus de 90 % connaissaient la contraception d’urgence.

L’accès aux structures de soins paraît, lui aussi, complexe. Alors que la Haute Autorité de Santé recommande que la personne qui souhaite avorter puisse obtenir un rendez-vous dans les cinq jours qui suivent la prise de contact, l’enquête du BEH souligne que seules 28,9 % des mineures y parviennent.

En dépit de ces difficultés, les auteurs de l’étude concluent que « le tableau de ces grossesses est beaucoup moins dramatique que celui de la métropole ». Avec une autre particularité. Dans l’ensemble, les mères de ces mineures ont elles-mêmes eu leur premier enfant très jeunes.

 

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité