Publicité

QUESTION D'ACTU

Argentine : deux cas de fillettes violées et enceintes


  • Publié 14.08.2017 à 12h21
  • |
  • |
  • |
  • |


C’est dans la province de Mendoza, dans l’ouest de l’Argentine, que le premier cas a été rapporté. Une petite fille de 10 ans a appris qu’elle était enceinte aux urgences de l’hôpital où elle avait été conduite pour des douleurs abdominales, rapportent les médias locaux, cités par l’Agence France Presse.

«La mineure ne s'était pas rendue compte de sa grossesse. Elle est un peu forte et ne s'était pas aperçue qu'elle était enceinte de 32 semaines», a détaillé le procureur général Alejandro Gullé, de la Cour de Justice de la province, sur la chaîne Télévision Mendoza, citée par l’AFP.

On pourrait plus simplement penser que « la mineure » ne s’est pas rendue compte de sa grossesse car à 10 ans on ne s’attend pas vraiment à se retrouver dans cette situation ?! La fillette aurait été violée par son oncle de 23 ans, qui avait été hébergé quelques mois plus tôt dans la famille. L’homme a été arrêté, après l’audition de la petite fille par la procureure en charge du dossier, Cecilia Bignert.

Ce samedi, les médias ont révélé qu’une autre fillette, âgée de 11 ans, était elle aussi enceinte, de 25 semaines. Elle aurait été violée par son beau-père, selon les sources locales rapportées par î.

L’interruption volontaire de grossesse n’est pas légale en Argentine, sauf si la santé de la mère est en danger, et en cas de viol. Mais aucune des deux petites filles ne pourra recourir à une IVG. Les autorités ont jugé leur grossesse trop avancée. Leurs familles devront donc décider si elles souhaitent faire adopter leur enfant, ou l’élever. Chaque année, près d’un million de fillettes de moins de 15 ans mettent au monde un enfant, rappelle l’OMS…

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité