Publicité

QUESTION D'ACTU

Bientôt une greffe d'utérus en France ?


  • Publié le 08.02.2013 à 10h18
  • |
  • |
  • |
  • |


« Cela pourrait intervenir à brève échéance », une petite phrase lâchée par le Pr René Frdyman. Interrogé par le Parisien sur le feu vert que pourrait donner l’Agence de biomédecine à une greffe d’utérus en France, le père du premier bébé éprouvette se veut confiant. Cette technique permettrait à des femmes souffrant de malformations ou auxquelles l’utérus a été retiré pour des raisons de santé d’avoir une chance de porter un enfant.
C’est le cas d’Amélie dont l’histoire est racontée dans le quotidien. Cette jeune femme de 27 ans a perdu son enfant lors d’une grossesse durant laquelle se sont accumulées les complications. Plongée dans un coma artificiel, Amélie se réveille au bout de trois semaines mais fait une hémorragie massive. Les médecins sont obligés de procéder à l’ablation de l’utérus.  Il y quelques jours, elle a écrit au ministre de la Santé et au Pr Frydman pour bénéficier d’une greffe d’utérus.
Le médecin y est favorable tout en précisant « qu’aucune grossesse menée à terme n’a encore eu lieu.

Mais l’espoir est venu de Suède en septembre dernier. Des spécialistes de l’université de Göeteborg ont greffé à deux jeunes femmes l’utérus de leurs mères. Dix chirurgiens se sont relayés pour cette intervention dans l’espoir d’implanter dans quelques mois des embryons préalablement congelés. « Le problème principal, reconnaît le Pr Frydman concerne les techniques de vascularisation » et la prise de médicaments antirejets.
Ces greffes posent un autre problème, cette fois d’ordre éthique. La médecine peut elle prélever un organe sur une personne vivante pour satisfaire une demande dite de convenance d’une éventuelle receveuse ? Voilà pourquoi,  à la différence de l’équipe suédoise, les Français envisagent ces greffes à partir d’utérus prélevés sur des personnes décédées. Et le Pr Frydman d’ajouter : « Sur le principe , cela me satisfait plus que la gestation pour autrui qui s’apparente, pour moi, à un commerce scandaleux du corps de la femme ».

Covid-19 : Nos Podcast audio, nouveaux rendez-vous quotidiens sur l'actualité

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité