Publicité

QUESTION D'ACTU

Les laboratoires d'analyses à l'épreuve de la qualité


  • Publié 30.01.2013 à 10h31
  • |
  • |
  • |
  • |


Les résultats d’analyses médicales, que nous recevons souvent avec angoisse, sont-ils toujours exacts ? Est-on certain, demande Martine Perez dans le Figaro, « que le test de dépistage du sida ou de l’hépatite B a été réalisé avec une rigueur à la hauteur des enjeux médicaux pour le patient » ?
Pour le savoir, l’Inspection générale des affaires sociales (Igas) a mené l’enquête en 2006. Résultats de glycémie faussement positifs ou négatifs, erreurs dans les tests de sérologie du sida, au final, le taux d’erreur pour certains laboratoires pouvait atteindre 10%. Ce n’est que quatre ans plus tard que les pouvoirs publics décident de rectifier le tir. En décidant, explique la journaliste « de mettre en place une accréditation des laboratoires d’analyses médicales » qui devait débuter en 2013 et s’imposer à tous en 2016.

Mais ce calendrier pourrait évoluer. Le 31 janvier, le sénateur PS Jack Le Menn présentera un proposition de loi pour repousser l’échéance : 50% des centres d’analyses accrédités en 2016, l’autre moitié pour 2020. « La totalité des pays européens a mis en place des accréditations pour les laboratoires afin de contrôler la qualité des résultats. En France, il faut encore attendre. Ce n’est pas admissible », tonne Alain Le Meur, président de l’association qui regroupe plusieurs réseaux de laboratoires.

Alors pourquoi attendre 2020 si la profession est d’accord pour respecter les délais initiaux ? La réponse est dans le tiroir-caisse. Cette accréditation engendre un surcoût de 3% du chiffre d’affaires au début, puis de 1,5%, ensuite, explique un professionnel. Les petites structures toussent et menacent de mettre la clé sous la porte si l’Etat ne lâche pas du lest. Elles réalisent 50 examens par jour avec un chiffre d’affaires de 500 000 euros, soit la moitié du laboratoire moyen. Ces contrôles alourdiraient la masse salariale.

« Des élus locaux soucieux de maintenir ces services de proximité ont incité les sénateurs à retarder la mise en place des accréditations par le biais de cette proposition de loi », résume le quotidien. Mais pour les structures plus importantes, le maintien des objectifs d’accréditation reste un impératif. Il en va, selon eux, de la santé publique.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !
Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité