Publicité

QUESTION D'ACTU

Recherche : les Nobel français dénoncent les coupes budgétaires


  • Publié 24.05.2016 à 09h45
  • |
  • |
  • |
  • |


Les chercheurs français sont-ils si exceptionnels pour que les politiques espèrent ainsi qu’ils fassent des miracles ? C’est en effet toujours plus et toujours mieux que les gouvernements successifs attendent des scientifiques, en leur accordant toujours moins de moyens. Mais non, les scientifiques ne sont pas des magiciens, et la dernière décision du gouvernement de François Hollande pourrait coûter cher à l’excellence française. « Un suicide scientifique », voilà comment cinq prix Nobel et une médaille Fields considèrent le choix budgétaire avancé le 18 mai dernier. Ils s’insurgent contre cette décision dans une tribune publiée par Le Monde, qui n’a pas hésité à consacrer sa une à cette affligeante nouvelle.

 

En 2015, la recherche française avait déjà perdu son ministère (pour hériter d'un secrétariat d'Etat) ; en 2016, elle pourrait bien perdre plus de 250 millions. C’est en tout cas ce que prévoit le projet de décret en question, « un coup de massue » estiment Françoise Barré-Sinoussi, Claude Cohen-Tannoudji, Albert Fert, Serge Haroche, Jules Hoffmann, Jean Jouzel, Jean-Marie Lehn et Cédric Villani dans les colonnes du Monde. Tous ces scientifiques de renom contribuent à faire rayonner la France à l’échelle mondiale, chacun dans sa discipline a en effet reçu la plus haute distinction à savoir le prix Nobel ou la médaille Fields.

Ils font partie de ceux qui, formés en France, ont fait le choix d’y rester pour exercer leur métier fait de passion certes mais aussi d’abnégation, de patience, et de pugnacité. Et ces qualités ne sont pas seulement nécessaires pour parvenir à résoudre des problèmes de biologie, physique ou mathématiques complexes. Non ! Elles sont nécessaires pour – avant toute chose – trouver de quoi financer les recherches qui, un jour, aboutiront à des découvertes majeures, mais aussi toutes celles, plus discrètes, qui sont cependant une pièce du puzzle de la Connaissance. Aujourd'hui, moins de 10 % des demandes de fonds à l'Agence nationale pour la recherche (ANR) sont financés !
Des scientifiques qui restent en France, ou des étrangers qui voudraient venir y travailler, il y en a de moins en moins. La fameuse « fuite des cerveaux », dénoncée par, là aussi, tous les gouvernements, comme s’il s’agissait d’une fatalité. Si après 8 à 10 ans d’études, le jeune chercheur français décide d’aller voir ailleurs si l’herbe est plus verte, c’est qu’il n’a guère le choix. Son cerveau, on aimerait bien le garder, mais il n’y a pas de crédit pour le rémunérer. Or non, les scientifiques ne vivent pas que de recherche et d’eau fraîche.

 

La coupe budgétaire prévue est au total de 1,1 milliard d’euros, dont 256 millions qui seront prélevés sur le budget alloué à la recherche. « Alors que la mission recherche correspond à 6 % du budget de l’Etat, elle représente 20 % des coupes », déplore Patrick Lemaire, porte-parole du collectif Sciences en marche. Et là, pas besoin d’avoir fait un doctorat pour comprendre qu’il y a un manifeste problème de proportions…

 

« Certes, le budget est contraint, mais on nous avait toujours dit que la recherche était une priorité », relève, amer, Patrick Monfort, secrétaire général du Syndicat national des chercheurs scientifiques. La déception est d’autant plus grande qu’après le quinquénat de Nicolas Sarkozy et la douloureuse réforme de l’université, l’arrivée de François Hollande à la présidence avait été perçue par le monde de la recherche comme un signal positif.
La lune de miel aura été de courte durée, puisque comme le rappelle Le Monde, des alertes sur le financement avaient été lancées dès 2014. Aujourd’hui, le divorce est peut-être bien consommé. « Utiliser des investissements de long terme, c’est-à-dire la recherche, pour pallier des besoins budgétaires, est-ce la bonne stratégie ? Sarkozy était plus clair. Il méprisait le monde de la recherche, mais le disait. Là, c’est plus feutré, plus hypocrite », résume ainsi Patrick Lemaire.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité