Publicité

QUESTION D'ACTU

Santé au travail : dormez plus pour gagner plus


  • Publié 28.07.2016 à 09h00
  • |
  • |
  • |
  • |


Le sommeil, c’est la santé ! … et aussi un peu de productivité en plus. C’est en tout cas ce qu’a constaté Aetna, société d’assurances américaine, qui, depuis, propose une petite prime aux employés qui soignent leurs nuits, rapporte Le Parisien. C’est un nouveau pas de franchi dans l’utilisation par un tiers des données collectées par les montres connectées et trackeurs en tous genres, qui équipent de plus en plus de personnes soucieuses de leur santé.

 

Selon les recommandations en vigueur, un adulte devrait dormir entre sept et huit heures par nuit. Pendant longtemps considérées comme les moments creux de nos vies, nos nuits sont depuis quelques décennies l’objet de toute l’attention des neurobiologistes. Et il ne fait aujourd’hui plus aucun doute que le sommeil est un élément fondamental de notre équilibre tant biologique que psychique. De nombreuses études ont ainsi mis en évidence une augmentation des risques de diabète, de surpoids et d’accidents cardiaques, notamment lorsque la quantité, mais aussi la qualité du sommeil, ne sont pas suffisantes. Sans compter les nombreux accidents de la route dus à une somnolence au volant.

 

Aetna, bien consciente de l’importance de la santé de ses employés, a durant une phase d’essai évalué la différence de productivité entre ceux qui avaient un sommeil suffisant et régulier et ceux qui, pour diverses raisons, dormaient mal et/ou pas assez. Résultat : 69 minutes de productivité en plus sur un mois pour les bons dormeurs. De quoi motiver la société à encourager ses employés à se préoccuper de leurs nuits. Ceux qui acceptent que leur employeur ait accès aux données enregistrées par un trackeur et enchaînent 20 nuits d’au moins sept heures sont ainsi récompensés par une prime de 25 $.

 

Le principe de la carotte semble séduisant, surtout s’il peut contribuer à améliorer l’hygiène de vie des Américains, dont un tiers ne dort pas assez. Mais difficile de ne pas penser aux conséquences de cet accès à toutes ces données personnelles. A quel moment, assureurs ou employeurs vont-ils décider de créer des malus pour ceux qui ne bougent pas assez, mangent mal ou négligent leur sommeil ?

 

Première publication : le 13 avril 2016

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité