Publicité

QUESTION D'ACTU

La fièvre des blouses blanches


  • Publié 12.11.2012 à 10h37
  • |
  • |
  • |
  • |


Nous vous en parlions il y a quelques jours, les chirurgiens des cliniques, les internes et les chefs de clinique des hôpitaux entament, à partir d’aujourd’hui une grève illimitée. Et comme le souligne Philippe Juvin, responsable des questions santé à l’UMP à Eric Favereau dans Libération : « avec les internes, on sait quand une grève commence mais jamais quand elle va se terminer ». Et le chef de services des urgences de l’hôpital Pompidou à Paris d’ajouter : « pour un responsable politique, il faut à tout prix régler le conflit dans les 48 heures ».

La mise en garde est lancée. On est bien loin de l’accord sur les dépassements d’honoraires signé en octobre dernier et jugé « historique » par la ministre de la Santé. Certes, Marisol Touraine doit faire face à mouvement hétéroclite, donc  à priori fragile.
D’un côté, les internes se plaignent de leur condition de travail. Selon une récente enquête, rappelle Libération, 21% d’entre eux ne peuvent pas bénéficier du repos de sécurité obligatoire après des gardes de 24 heures. De plus, la jeune génération a le sentiment d’être les « baby-losers » de la médecine.
De l’autre, les chirurgiens et plusieurs spécialistes du privé dénoncent l’accord qui prévoit de limiter à 250% le montant des dépassements d’honoraires.

Mais au-delà de ces revendications catégorielles, les blouses blanches ont l’impression d’être livrés à « la vindicte populaire », résume un syndicaliste dans le Figaro. Dans le quotidien, chaque médecin interrogé exprime son ras-le-bol à sa façon. « J’ai parfois l’impression d’être  le larbin de mes patients », estime un généraliste blogueur de 30 ans qui se dit « fondamentalement de gauche ». « Il faudrait courir chez eux à 23 heures pour un rhume ». « Je me sens déshonoré par le discours ambiant », lâche ce chirurgien gynécologique.  « J’exerce 64 heures par semaine ». S’il a choisi « ce métier par vocation », le Dr Bernard Cristalli reconnaît  que « si ses enfants voulaient suivre le même chemin, il les découragerait ».

Face à cette colère et à ce mouvement de grève à durée indéterminée, Marisol Touraine semble  vouloir jouer l’apaisement et reconnait que « le système devient même illisbile ». Mais la ministre reste ferme sur ses positions. « Ce sont des gens souvent chaleureux, confie-t-elle à Libération à propos des chirurgiens, mais certains ont une image un peu grandiloquente d’eux-mêmes quand ils vous font comprendre que leurs dépassements d’honoraires sont pleinement justifiés ». Les intéressés apprécieront !

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité