Publicité

QUESTION D'ACTU

La multiplication des grossesses tardives inquiète les médecins


  • Publié 13.07.2016 à 09h00
  • |
  • |
  • |
  • |


Elles font régulièrement la une des magazines people : chanteuse, actrice ou « femme de », le ventre arrondi par l’attente d’un heureux événement à 45 ou 50 ans. Mais le phénomène des grossesses tardives et ultra-tardives ne concerne pas que Julia Roberts, Monica Bellucci, ou plus récemment Margarita Louis-Dreyfus. Les médecins s’inquiètent de cette tendance qui se répand dans l’Hexagone comme dans de nombreux pays développés. Selon le Parisien en 2014, plus de 2 600 Françaises de plus de 45 ans ont accouché ; une vingtaine avaient plus de 54 ans. Les gynécologues déplorent le manque d’information des futures mères sur les risques liés à ces grossesses pas comme les autres.

 

Les médecins semblent pris de court par l’accélération du phénomène. En 1990, un peu plus de 700 grossesses étaient recensées chez des femmes de plus de 45 ans. En un quart de siècle, le chiffre est presque multiplié par 4 ! La tendance est la même pour les accouchements après 50 ans. François Olivennes, gynécologue obstétricien spécialiste de la procréation médicalement assistée (PMA), avoue dans les colonnes du Parisien être lui-même « totalement surpris par l’ampleur de cette évolution ». Pour Joëlle Belaisch-Allart, vice-présidente du Collège national des gynécologues obstétriciens, il y a urgence à réagir en informant mieux les femmes, « cela devient un vrai problème de santé publique » constate-t-elle.

 

Les études ne laissent aucun doute sur le sujet : plus la grossesse est tardive, plus les risques pour la mère et l’enfant sont importants. Si la mortalité maternelle est faible dans notre pays, le risque de décès de la mère est tout de même multiplié par 8 après 50 ans, en comparaison d’une grossesse entre 30 et 35 ans. Diabète et hypertension artérielle sont aussi plus fréquents. Pour l’enfant, c’est aussi un risque de mortalité in utero plus important, et surtout, un risque de grande prématurité (poids de naissance inférieur à 1,5 kg).

 

Selon François Olivennes, après 50 ans, la quasi-totalité des grossesses nécessitent un don d’ovocyte. Un don qui se fait le plus souvent dans une clinique grecque ou espagnole, qui autorise la démarche jusqu’à cet âge. Les Etats-Unis n’ont, eux, pour l’instant, pas légiféré sur l’âge limite pour le don. Mais c’est une Indienne qui détient actuellement le – triste ? – record de la mère la plus âgée : Omkari Panwar a mis au monde des jumeaux à l’âge de 70 ans !

 

Première publication : le 23 février 2016

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité