Publicité

QUESTION D'ACTU

Surpoids : pour retrouver la ligne, changez de voisins !


  • Publié 06.01.2016 à 08h05
  • |
  • |
  • |
  • |


Début d’année rime traditionnellement avec bonnes résolutions. Si aux douze coups de minuit le 1er janvier, vous vous êtes promis de retrouver la ligne en 2016, peut-être va-t-il falloir envisager de… déménager ! Selon une étude menée à Lausanne (Suisse) et relayée par le quotidien helvétique Le Temps, le poids de nos voisins pourrait avoir une influence non négligeable sur notre silhouette.

 

La carte réalisée par les chercheurs de l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne est si caricaturale qu’elle en semblerait presque « suspecte » : à l’ouest de l’agglomération vaudoise, les IMC (indice de masse corporelle) des habitants sont significativement au-dessus de la moyenne, alors que la situation est totalement inversée à l’est.

 

Mais les scientifiques ne se sont pas contentés de cartographier les poids des habitants, ce que représente plus précisément cette carte, ce sont les liens entre l’IMC d’un individu, et celui de ses voisins dans un rayon de 800 mètres ! « L’endroit où l’on habite à Lausanne influence le poids », résume Aurélie Coulon du Temps.

 

Bien entendu, même ceux qui n’ont pas eu la chance de déjà visiter la belle cité vaudoise peuvent le deviner, Est et Ouest de la cité se caractérisent par des différences socio-économiques, les quartiers ouest étant plus populaires. Stéphane Joost, auteur de ces travaux, explique avoir « enlevé l’effet des facteurs sociaux usuels sur l’IMC grâce à une méthode statistique qui a permis de produire une nouvelle carte ». Mais à leur grande surprise, les chercheurs ont obtenu des résultats quasi identiques.

 

Les Suisses ne sont pas les premiers à mettre en lumière de telles disparités géographiques, et comme leurs collègues, l’hypothèse qu’ils avancent aujourd’hui est celle du poids de l’urbanisation sur le mode de vie des habitants. La « compartimentation » des villes pourrait ainsi être un facteur de surpoids, et l’organisation spatiale de certains quartiers pourrait inciter à plus ou moins bouger.

 

Enfin, les chercheurs le rappellent, plusieurs études l’ont déjà montré auparavant, vivre au milieu de personnes en surpoids augmente son propre risque de grossir. Une étude de 2012 avait notamment estimé que le risque de prise de poids augmente de 37 % quand un des deux conjoints grossit. « Une étude américaine a montré qu’avoir une personne obèse dans son réseau social augmentait de 57 % ses propres risques de devenir obèse », précise Stéphane Joost. Des arguments de poids pour bien choisir ses prochains voisins, et surveiller les bonnes résolutions de son conjoint.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité