Publicité

QUESTION D'ACTU

Handicap : un livre noir dénonce l'exil forcé en Belgique


  • Publié 20.10.2015 à 09h45
  • |
  • |
  • |
  • |


S’exiler en Belgique lorsque l’on est Français est souvent signe de situation privilégiée et de gros revenus. Mais les exilés fiscaux ne sont pas les seuls à aller vivre outre-Quiévrain : 6 500 personnes en situation de handicap auraient été contraintes de quitter la France, faute de places en institution. Une situation dénoncée à de nombreuses reprises par les associations, qui ont déposé ce mardi un « livre noir » auprès des députés, apprend-on dans les colonnes du Figaro.

 

La date de remise de ce document n’a pas été choisie au hasard : l'Unapei (Union nationale des associations de parents, de personnes handicapées mentales et de leurs amis) a en effet attendu que débute à l’Assemblée nationale l’examen du projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS). Alors que l’heure est aux économies de toutes parts, pour tenter d’endiguer le déficit toujours abyssal de l’Assurance maladie, l’association souligne que l’exil forcé de ces malades vers la Belgique a un coût colossal pour le système de santé français : environ 250 millions d’euros par an. Sur France Inter, c’est la maman d’un enfant autiste qui témoigne : son fils fait l’aller-retour chaque jour vers un établissement de soins belge. Le transport assuré par un taxi médicalisé revient à plus de 2 500 euros par mois.

 

On peut cependant imaginer qu’il est moins coûteux – et compliqué ? – de rembourser des soins en Belgique que de créer des places d’accueil en France. Pendant longtemps, rappelle Le Figaro, les soins étaient effectivement moins chers de l’autre côté de la frontière. Mais cette époque est révolue, et surtout, cette situation contraint les malades à un éloignement forcé d’avec leur famille, inacceptable.
De plus, seule une minorité peut faire le choix de cet exil : 47 000 Français, enfants et adultes, seraient en attente d’une place dans un établissement de soins spécialisé. « Nos concitoyens en situation de handicap, et notamment les plus sévèrement atteints, sont bannis de notre République, et aujourd'hui, cela prend des proportions inacceptables », dénonce Christel Prado, présidente de l’Unapei.

 

Ségolène Neuville avait devancé le dépôt de ce livre noir, et annoncé le 8 octobre dernier, lors de la Journée internationale du handicap, le déblocage d’une enveloppe de 15 millions d’euros. Une somme qui devrait permettre, selon Marisol Touraine, « de trouver des solutions concrètes, adaptées et, surtout, de proximité ». Pas sûr, cependant, que cet effort financier soit suffisant pour satisfaire toutes les demandes. La France a accumulé ces dernières décennies un retard majeur dans la prise en charge des personnes handicapées, et cette petite enveloppe ne suffira sans doute pas à le combler.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité