Publicité

QUESTION D'ACTU

L'allaitement maternel ne séduit pas les 18-24 ans


  • Publié 18.09.2012 à 10h34
  • |
  • |
  • |
  • |


En apparence, c’est un bon résultat : deux tiers des mamans françaises allaitent leur bébé à la naissance (69%). Mais l’étude de l’Institut national de veille sanitaire (INVS), publiée aujourd’hui et reprise par le journal La Croix, y apporte un bémol. Elle a été menée dans 136 maternités en janvier et avril 2012. A un mois, 54% des femmes continuent à donner le sein. 35% seulement ont recours à l’allaitement exclusif.
Dans ses commentaires, l’INVS rappelle que l’allaitement maternel est vivement recommandé. Si les auteurs de l’étude précisent que le biberon est « une alternative tout à fait acceptable », ils précisent que « de nombreux travaux de recherche ont démontré que le lait maternel était plus bénéfique à la santé de l’enfant ».
Un message entendu au moment où les femmes accouchent mais vite oublié, note la journaliste Marine Lamoureux. Les femmes ont recours de plus en plus à l’allaitement mixte ; plus de la moitié des nourrissons âgés d’une semaine reçoivent du lait en poudre. L’abandon partiel ou total de l’allaitement concerne principalement des « femmes qui ont entre 18 et 24 ans ayant un niveau d’études inférieur au bac et n’ayant pas suivi de préparation à l’accouchement », indique l’INVS.

Et c’est sans doute le manque d’information et d’accompagnement qui explique cet effritement de l’allaitement. Interrogée par le quotidien, la présidente de la Société française de pédiatrie confirme : «Les séjours à la maternité sont de plus en plus courts. De retour à la maison, explique le Dr Brigitte Chabrol, les jeunes femmes se retrouvent submergées et à la première difficulté, elles arrêtent d’allaiter ». Pour ce médecin, un soutien passager notamment de la part des puéricultrices, une meilleure communication au moment de la consultation prénatale permettraient d’aider les femmes. Le Maire de New-York, lui, a choisi une méthode plus radicale. Michael Bloomberg vient de passer des accords avec plusieurs maternités de la ville pour interdire la promotion des laits infantiles et qui ne pourront être délivrés que sur prescription médicale.

 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité