Publicité

QUESTION D'ACTU

Pr Even: des mauvais coups médiatiques portés aux patients


  • Publié 10.09.2015 à 02h55
  • |
  • |
  • |
  • |


Tous pourris ! Si elles ne mettaient pas en péril la vie de milliers de patients, les saillies médiatiques et répétées du Pr Philippe Even ne mériteraient qu’indifférence. Grand amateur de lumière, de matinales radio et de plateaux télé, ce pneumologue nous propose un nouvel opus, Corruptions et crédulité en médecine (1), dans lequel il dénonce, pêle-mêle, une industrie pharmaceutique qui corrompt et des médecins qui dévoient leur éthique.
Avec toujours ce sens de la nuance, Philippe Even s’en prend à « des putains académiques » qui nous font croire que les médicaments peuvent sauver des vies. La recette est usée : plus c’est gros, plus ça passe. L’outrance et les attaques personnelles portées contre tel ou tel spécialiste rendent encore plus nauséabond le propos général.

Si l’on ajoute que nous, journalistes, adorons les complots, quitte à donner un coup de cirage aux livraisons du spécialiste, nous voilà en présence d’un nouveau scandale ! Avec un buzz médiatique qui transforme un pamphlet en best-seller et un j’accuse en monnaie sonnante et trébuchante.

Mais qui est donc ce médecin qui prétend faire la leçon à la communauté médicale et excommunier les brebis égarées sur l’herbe grasse de la notoriété et du profit ? Cet omniscient de la médecine est-il à se point irréprochable pour proclamer que toute autre vérité que la sienne est forcément douteuse ? « Je compte provoquer un électrochoc chez les confrères, les sortir de leur passivité », argumente-t-il dans le magazine l’Express en montrant du doigt les « corrompus ». « Ils déshonorent la médecine et leurs collègues intègres », ajoute-t-il.

A l’évidence, si le Pr Even se targue d’un travail encyclopédique, sa mémoire lui fait pour le moins défaut. Celui qui s’érige en chevalier blanc de l’éthique, de la déontologie et du respect des malades est le même qui, il y a trente ans, presque jour pour jour, a piétiné, sans vergogne, toutes les valeurs de la médecine et de la recherche.
Tant elle éclaire le personnage, c’est l’histoire d’une conférence de presse que nous avons décidé de raconter. En octobre 1985, alors que le sida fauche des milliers de vies, que les médecins n’ont pour seule arme que leur compassion, le Pr Even et deux autres spécialistes de l’hôpital Laennec (Paris) réussissent à convaincre la ministre des Affaires sociales, Georgina Dufoix, qu’ils sont sur la piste d’un traitement prometteur contre le virus.
L’affaire de la ciclosporine commence avec une mise en scène médiatique montée en 24 heures. Mais elle se dégonfle aussi vite. Tout comme les espoirs suscités par cette annonce. La thèse défendue par ces mousquetaires repose sur les résultats obtenus avec deux ou trois malades. Deux d'entre eux décèderont quelques jours plus tard.

Au mépris de toutes les procédures, de toutes les règles qui font la noblesse de la recherche et de la médecine, le Pr Even a préféré se précipiter devant les caméras plutôt que de veiller à sa responsabilité vis-à-vis des malades.
En évoquant les liens entre les médecins et les industriels, le pneumologue écrit : « Je n’ai aucune indulgence pour ce à quoi ils se prêtent ou plutôt se vendent ». Ses confrères pourraient lui retourner avec force le compliment. 

 

(1) Editions Le Cherche Midi

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité