Publicité

QUESTION D'ACTU

Tarifs hospitaliers : les cliniques vont se serrer la ceinture


  • Publié 11.03.2015 à 11h46
  • |
  • |
  • |
  • |

  • Mots clés :
  • FHP

Les cliniques avaient déjà annoncé dès la semaine passée qu’elles participeraient aux côtés des médecins à la grande manifestation nationale prévue le 15 à Paris. Après l’annonce faite hier par le ministère de la Santé des nouveaux tarifs hospitaliers 2015, nul doute que les professionnels de l’hospitalisation privée seront encore plus motivés pour battre le pavé parisien ce dimanche.

 

Non seulement, ils ont été communiqués avec 10 jours de retard, mais en plus, les tarifs de quelque 2 300 actes pratiqués dans les établissements privés et remboursés par l’Assurance maladie sont en baisse de 2,5 % pour l'année 2015. Une information révélée mardi soir par Les Echos, confirmée depuis par le ministère de la Santé, qui conforte les craintes exprimées ces derniers jours par la Fédération de l’hospitalisation privée (FHP).

 

Son président, Lamine Gharbi, anticipait en effet une nouvelle campagne tarifaire qui annulerait l’intégralité du crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (125 millions) et les allègements de charges (83 millions) liés au Pacte de responsabilité. Ce que confirment aujourd’hui Les Echos : « Les cliniques doivent en fait rendre, sous forme de baisse de tarif, les avantages récemment accordés aux entreprises privées, afin de ne pas être avantagées par rapport aux hôpitaux. »

 

La baisse de 2,5 % aurait en effet été calculée dans un souci d'équité entre les établissements hospitaliers privés et ceux du public. Car dans ces derniers aussi, les tarifs des actes remboursés par l'Assurance maladie sont revus à la baisse, moins 1 % par rapport à 2014. L'an dernier, aucune baisse n'avait été enregistrée dans le public alors que les tarifs pour les cliniques privées avaient fléchi de 0,24 %.

Interrogé par Les Echos, Frédéric Valletoux, le président de la Fédération hospitalière de France (FHF), estime que «  cela représente un effort supplémentaire mais c’est logique dans la mesure où nous devons faire des économies  »...  Il concède tout de même qu' « il n'y a pas de quoi sauter de joie ».

 

Equité ou pas, les représentants des établissements hospitaliers privés sont furieux. Dans les rangs de la FHP, rapportent Les Echos, certains évoquent « une volonté délibérée » de frapper les cliniques, « à l’approche des élections ». La Fédération a annoncé vouloir réunir ce mercredi un comité exécutif de crise et songe d'ores et déjà à des « mesures de rétorsion ». Un gel de la création des 2 700 emplois prévus dans le cadre du Pacte de responsabilité pourrait être la première réponse des cliniques au ministère de la Santé.

 

 

 

 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité