Publicité

QUESTION D'ACTU

Psychiatrie

Dépression : les antidépresseurs sont-ils plus efficaces qu’un placebo ?

Une méta-analyse de 522 essais cliniques comprenant la plus grande quantité de données non publiées a établi que les antidépresseurs sont plus efficaces qu’un placebo dans le traitement à court terme de la dépression aigüe chez l’adulte. Un sujet qui fait grandement débat dans la communauté scientifique. 

Dépression : les antidépresseurs sont-ils plus efficaces qu’un placebo ? Dmyrto_Z/Epictura

  • Publié 22.02.2018 à 15h45
  • |
  • |
  • |
  • |


Une gigantesque méta-analyse comportant 522 essais cliniques randomisés en double aveugle comparant 21 antidépresseurs utilisés couramment a conclu que ces derniers sont plus efficaces qu’un placebo dans le traitement à court terme de la dépression aigüe de l’adulte.

Publiée dans The Lancet le 21 février 2018, cette méta-analyse – la plus importante jamais menée en psychiatrie - évaluait les données issues de 116 477 participants rendues disponible gratuitement en ligne. Pour ses auteurs, elle fournit les meilleures preuves permettant d’informer et guider les médecins et patients lors d’une décision de traitement. Leurs résultats rapportent que parmi les antidépresseurs utilisés couramment qui sont plus efficaces qu’un placebo, certains présentent une meilleure efficacité, en cas de premier ou second épisode dépressif chez l’adulte – la population typique observée en médecine générale. 

Psychothérapie versus traitement médicamenteux

Selon les scientifiques, cela ne signifie pas forcément que ces molécules doivent toujours constituer le traitement de première ligne. Un traitement médicamenteux devrait toujours être considéré parmi d’autres alternatives, comme les thérapies psychologiques. En réalité, les antidépresseurs sont utilisés plus fréquemment que ces dernières, essentiellement par manque de ressources.

Plus précisément, l’ensemble des 21 antidépresseurs sont plus efficaces qu’un placebo, exceptée la clomipramine. Certains sont plus efficaces que d’autres : l’agomélatine, l’amitriptyline, l’escitalopram, la mirtazapine, la paroxetine, la venlafaxine et la vortioxetine. Ceux qui le sont moins sont la fluoxetine, la fluvoxamine, la reboxetine et la trazodone. En termes d’acceptabilité, les plus tolérables sont l’agomélatine, le citalopram, l’escitalopram, la fluoextine, la sertraline et la vortioxetine. Les moins tolérables en revanche sont l’amitriptyline, la clomipramine, la duloxetine, la fluvoxamine, la reboxetine, la trazodone et la venlafaxine.

Les auteurs de l’étude précisent que les données portaient sur un traitement de 8 semaines et ne peuvent donc pas s’appliquer à l’utilisation à long terme du traitement antidépresseur. Par ailleurs, ces résultats contrastent avec une analyse similaire menée chez les enfants et les adolescents qui conclut que la fluoxetine était probablement le seul antidépresseur qui pourrait réduire les symptômes dépressifs.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité