Publicité

QUESTION D'ACTU

Meningite mortelle

Jeune homme de Dijon foudroyé par la méningite : une souche dangereuse

En France, les méningites entraînent une trentaine de décès tous les ans. Elles touchent essentiellement les enfants de moins de 5 ans et les adolescents. Un impératif : vacciner lorsque c’est possible.

Jeune homme de Dijon foudroyé par la méningite : une souche dangereuse ribkhan

  • Publié 03.01.2018 à 10h09
  • |
  • |
  • |
  • |


L'Agence Régionale de Santé (ARS) Bourgogne-Franche-Comté a confirmé le décès, par méningite,  d’un  jeune homme de 23 ans,  près de Dijon ? Cette annonce  ne doit pas perturber un message de prévention incontesté, car ce décès arrive un an après une campagne massive de vaccination qui a touché près de 14.000 étudiants sur le campus de Dijon.

La vaccination, correctement effectuée, protège de 70%.

Elle avait été mise en place à la suite de trois cas de méningite à méningocoques, dont deux mortels. Les pourfandeurs de la vaccination ne manqueront pas de le souligner. Toutefois l’ARS précise que ce jeune homme n’était pas étudiant. On ne sait donc pas q’il avait été vacciné.

Un tel cas montre que la souche persiste  probablement localement qu’il est nécessaire de renforcer la protection de la population.

Les méninges une protection fragile

Pour comprendre la gravité de cette affection, il faut mieux connaître les méninges. Notre cerveau est fragile comme un œuf. Notre crâne est une boîte. Si la nature n’avait pas bien fait les choses, au moindre coup de frein, le cerveau viendrait s’écraser contre les os de notre front. Or il n’en est rien. Ce miracle quotidien nous le devons précisément aux méninges et au liquide céphalo-rachidien. Notre cerveau est d’abord entouré de façon très étroite par une fine enveloppe, semblable au film plastique utilisé pour protéger les aliments dans un réfrigérateur;  C’est une de nos trois méninges : la pie-mère. L’ensemble cerveau pie-mère est ensuite immergé dans un liquide qui ressemble à de l’eau, le liquide céphalo rachidien, protégé par une deuxième enveloppe que l’on pourrait assimiler à du papier alu. C’est l’arachnoïde, notre deuxième méninge. Enfin pour rigidifier l’ensemble, on ajoute contre l’os une couche de plastique dur, la troisième méninge, la dure-mère. Le système est d’une solidité remarquable ; Mais, en revanche, le cerveau sera en péril si les enveloppes se brisent ou si le liquide est infecté.  C’est exactement ce qui se passe lorsque nos méninges sont attaquées par un microbe.

Quand le microbe est une bactérie… danger !

Dans  80 % des cas,  il s’agit d’un virus. C’est douloureux  et pénible à supporter, il n’y a pas vraiment de traitement spécifique mais la guérison est la règle. Tout autre histoire avec  une bactérie : le liquide céphalo-rachidien devient purulent et tout le système nerveux est en danger. Il s’agit d’une urgence extrême qui heureusement,  si le diagnostic est fait à temps, peut bénéficier de l’effet spectaculaire  des antibiotiques. Pour faire le diagnostic, pour traiter efficacement, un seul geste : la ponction lombaire. Avec une longue aiguille, on va prélever entre deux méninges un peu de liquide. On le fait  dans le bas du dos,  parce que les méninges recouvrent non seulement le cerveau mais également son prolongement, la moelle épinière. D’où ce prélèvement entre la quatrième et la cinquième vertèbre lombaire, là où se terminent les méninges, là où on peut prélever sans risque de blesser une zone vitale. La nature est vraiment bien faite puisqu’elle a même prévu l’endroit où mettre le robinet !

Seul les antibiotiques…

Contre les bactéries il faut espérer que le traitement antibiotique arrive à temps et que la souche ne soit pas résistante. C’est pourquoi, selon l'ARS, un traitement antibiotique préventif a été proposé à ses proches, avant une éventuelle vaccination une fois que le type de méningite  sera connu.

C’est pourquoi, il ne faut pas hésiter, même si la vaccination n’est pas obligatoire. Trente décès par an…

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité