Publicité

QUESTION D'ACTU

Virus émergents

Virus émergents : comment les combattre ?

Il a suffi d’arrêter les élevages de civettes pour venir à bout de l'épidémie de Sras en 2003. Mais la tâche est parfois plus redoutable.


  • Publié 28.11.2013 à 09h00
  • |
  • |
  • |
  • |


Dossier réalisé en partenariat
avec 
Science et Santé,
le magazine de l'Inserm 

Avant même de songer à un traitement ou un vaccin, il faut connaître l'origine d'un virus émergent, son réservoir animal et son mode de transmission. Ces importantes informations permettent la mise en place des mesures de protection vis-à-vis des populations.

Cette approche est parfois assez facile : il a suffi d’arrêter les élevages de civettes pour venir à bout de l'épidémie de Sras en 2003. Dans d'autres cas, c'est plus douloureux : l’émergence en Malaisie en 1998 du Nipah Virus, un Hénipavirus qui provoque des lésions de l'appareil respiratoire, n'a pu être jugulée qu'au prix de l’abattage d'un million de porcs qui constituaient l'hôte intermédiaire entre la chauve-souris et l'homme. Cette mesure, aussi efficace qu'elle soit, a porté un rude coup à l'économie locale. Pour certains virus, la découverte de l'hôte en elle-même pose problème : dans le cas du MERS-CoV, les scientifiques hésitent encore entre la chauve-souris et le dromadaire.

La recherche de traitement quant à elle peut suivre plusieurs axes mais doit toujours prendre en compte les spécificités du virus et de la population visée : pas question de développer un anticorps monoclonal hors de prix pour traiter une fièvre hémorragique ne touchant qu'une dizaine de paysans africains par an.
Les antiviraux classiques n'étant pas toujours efficaces, il faut explorer d'autres voies. Les chercheurs du Virpath, à Lyon, étudient par exemple la manière dont certaines protéines des virus influenza interagissent avec la protéine cellulaire P53, afin de l'empêcher de provoquer la mort de la cellule, et donc de produire le plus de nouveaux virus possible. Dans tous les cas, il faut également être capable de poser rapidement un diagnostic car les quelques traitements disponibles ne sont efficaces que s'ils sont administrés tôt.

Damien Coulomb
Science et Santé, le magazine de l'Inserm 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité