Publicité

QUESTION D'ACTU

CHAM 2013

Evaluer le risque sanitaire, une alliance médecin-patient

Un vrai dialogue entre le prescripteur et le malade permet d’anticiper les effets indésirables d’un médicament et de décider s’ils sont ou non acceptables au vu des bénéfices.

Evaluer le risque sanitaire, une alliance médecin-patient   DURAND FLORENCE/SIPA

  • Publié 02.10.2013 à 17h37
  • |
  • |
  • |
  • |


Peut-on évaluer un risque sanitaire ? N’y a-t-il pas une antinomie fondamentale entre la notion très rationnelle d’évaluation et celle du risque, beaucoup plus liée à la perception individuelle et à la subjectivité ? C’est de ces questions qu’ont débattu le sociologue de la santé publique Michel Setbon et l’ancien vice-président de la Commission d’AMM de l'Afssaps, l'ex agence du médicament, Jean-François Bergmann à l’occasion de la Convention CHAM, qui se déroulait les 27 et 28 septembre à Chamonix.

Enjeu d’importance, puisqu’une évaluation ratée peut déboucher sur une crise, l’évaluation du risque sanitaire ne peut se résumer à l’examen d’un médicament avant son arrivée sur le marché, l’évaluation doit être un processus continu tout au long de la commercialisation du produit.
« La notion-clef, c’est le bénéfice/risque, c’est le reflet le plus précis de la vie du médicament », a souligné le Pr Bergmann. « D’autant qu’au regard des bénéfices attendus, la société est prête à accepter une évaluation des risques accélérée, comme ce fut le cas pour les premiers traitements du Sida », a ajouté Michel Setbon. Mais des pilules de 3e et 4e générations aux nouveaux anticoagulants oraux, les exemples récents mettent en lumière un problème bien français : l’appétence des prescripteurs pour les nouvelles molécules, dont l’évaluation du bénéfice/risque manque encore de recul.

Pour le Pr Bergmann, les patients ont un rôle décisif à jouer en ajoutant leur voix dans cette évaluation en temps réel des médicaments qui leur sont prescrits.

PourquoiDocteurPensez-vous que la notion de bénéfice/risque soit vraiment audible par les patients ? Lorsqu’on prend un médicament pour se soigner, l’idée qu’il puisse vous faire du mal est difficilement acceptable ?

Pr Jean-François Bergmannancien vice-président de la Commission d’AMM de l'Agence du médicament



PourquoiDocteur Mais jusqu’ici, l’évaluation du bénéfice/risque, c’est une affaire de spécialistes, en commission d’AMM. Le patient a son mot à dire ?

Pr Jean-François Bergmann

 

PourquoiDocteurL’évaluation du risque reste-t-elle possible alors que le médecin est soumis en quelque sorte à une obligation de résultat ?

Pr Jean-François Bergmann

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité