Publicité

QUESTION D'ACTU

Le sexe : toujours caché

C'est la partie de notre anatomie qui fait le plus parler. Pourtant, le sexe ne se montre jamais, même dans les tribus reculées. Alain Froment, médecin et anthropologue lève le voile sur l'évolution du sexe au cours des siècles.

Le sexe : toujours caché FALCO RICHARD/SIPA

  • Publié 08.08.2013 à 23h30
  • |
  • |
  • |
  • |


Le sexe de l’homme est unique ! Alors que la majorité des mammifères ont un baculum, c’est à dire un os qui lui permet d’être en érection, l’homme n’a pas le moindre os. Ce sont les corps caverneux qui se gorgent de sang et permettent l’érection. Et en matière d’érection, l’homme s’en sort aussi plutôt bien, comparé aux autres mammifères. Le gorille atteint péniblement les 3,2 cm, le chimpanzé 7,6 cm alors que l’homme est entre 12,8 et 14,5 cm. Chez la femme, pas de record à battre. Le clitoris est une sorte de pénis miniature. Sous l'effet de l'excitation, il se gorge de sang et peut atteindre 1 cm, alors qu’au repos sa taille est de 3 à 6 mm. Donc, rien à voir avec le sexe masculin… Pourtant, le sexe de l’homme et de la femme ont la même origine embryologique : le pénis est l’homologue du clitoris, les testicules des ovaires, la prostate de l’utérus… Mais, n’oubliez pas messieurs, qu’au départ, tous les embryons ont un sexe féminin.


Entretien avec le Dr Alain Froment,
médecin, anthropologue et directeur de collections d’anthropologie au musée de l’Homme. Il vient de publier aux éditions Odile Jacob « Anatomie impertinente – le corps humain et l’évolution » (1).


Pourquoi Docteur : Dans les grottes préhistoriques, il y a des représentations du sexe. Est-ce qu’il y a eu des tabous autour de cela, à l’époque ?

Dr Alain Froment : Pas tellement. L’art pariétal a à peu près 30 000 ans. Souvent, ce sont des sexes féminins très schématisés, parfois un simple triangle, ou un triangle avec une petite fente. Le sexe masculin est beaucoup plus rarement représenté. Mais on voit bien que ces cultes-là sont liés à la fécondité, à la vie génésique, etc, et certainement aussi à la chasse, au succès d’un certain nombre d’activités de survie.


Une étude récente a montré que la taille moyenne du pénis en érection, a diminué ces dernières années. Est-ce que c’est une thèse à laquelle on peut prêter un quelconque crédit, et comment peut-on expliquer éventuellement cette diminution ?

Dr Alain Froment : Oui, ce serait lié à des pollutions. Cela va de pair aussi avec une baisse de la fertilité masculine, une raréfaction des spermatozoïdes. Et certains pensent que c’est lié à tous les pesticides qui, maintenant, polluent notre alimentation.


Est-ce que cela signifie que le sexe masculin va continuer à diminuer ?

Dr Alain Froment : En matière d’évolution, on ne peut jamais prolonger les courbes, puisque l’humanité réagit. Par exemple, on est plus obèse qu’avant, mais on peut se corriger, faire des régimes, et lutter contre cette tendance. Au point de vue de la pollution, je pense qu’il y aura aussi des réactions qui vont se faire, et cette pollution doit diminuer. Donc, cela, ce sont des variations à très court terme.

 

Un vocabulaire foisonnant

Selon le « Dictionnaire érotique » de Pierre Guiraud et Alain Rey, il y aurait 550 appellations pour le sexe masculin et autant pour le sexe féminin. Le sexe dit « fort » et le sexe dit « faible » serait donc sur un pied d’égalité. Même si le registre n’est pas le même entre « le chalumeau », « le vilebrequin » ou encore « le démonte-pneus » et le « berlingot », « la praline » ou encore « le bouton de rose ». Quant aux expressions imagées pour décrire l’acte sexuel, Agnès Pierron en a recensé plus de 5000 dans son « Dictionnaire des mots du sexe ».

 



Cette partie de notre anatomie a pris au fil des siècles de plus en plus d’importance. Vous disiez que les représentations de la préhistoire étaient finalement très symboliques. On y attachait moins d’importance ?

Dr Alain Froment : C’est difficile à dire. Dans les sociétés actuelles, montrer un sexe est toujours un tabou. C’est vraiment quelque chose qu’on ne peut pas montrer. Et même dans les sociétés qui vivent relativement dénudées, par exemple dans les pays chauds, en Papouasie, en Afrique, il y a ce qu’on appelle un étui pénien, c’est-à-dire que l’homme sera nu, mais son sexe sera caché dans un tube de bois. Et le sexe féminin, pareil. Même si la femme est nue, il y a toujours quelque chose qui va le cacher. Et quand vous regardez les statues antiques, par exemple, les nus féminins, qui sont quand même nombreux, on ne voit jamais de fente vaginale, en fait. Vous avez toujours le triangle, mais il n’y a jamais la fente. Ce n’est pas du tout décent de la montrer.


Vous indiquez dans votre livre qu’il y a une thèse qui dit que la station debout aurait été « sélectionnée », au sens darwinien du terme, justement pour montrer le pénis…

Dr Alain Froment : C’est lié aussi au fait que le pénis est chez l’homme, dans l’espèce humaine, plus long, plus grand, plus volumineux que chez les autres primates. En fait, les gorilles et les chimpanzés ont un tout petit « kiki », et nous, nous sommes mieux dotés. Cela dit, les théories sur la bipédie, elles sont multiples, et celle qui se focaliserait uniquement sur un sexe justifierait son hypothèse en disant que c’est très important pour les femmes de voir le sexe. Mais, rien n’est prouvé, et la plupart des autres espèces animales se débrouillent très bien en cachant leur sexe. Donc, il ne faut pas voir sur un élément anatomique isolé la preuve d’une théorie compliquée. La bipédie, comme on le disait, est un phénomène complexe, où la libération de la main, l’augmentation du cerveau, la thermorégulation, entrent en jeu. Mais le sexe évidemment est important dans la société, et il est important dans notre imaginaire.

 
(1)  
« Anatomie impertinente – le corps humain et l’évolution », Ed. Odile Jacob, 281 p. 25,90€

 

 

 

 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité