Publicité

QUESTION D'ACTU

AAN

La prévention des crises de migraine peut s’améliorer

Plus d'un migraineux sur trois pourrait bénéficier d'un traitement préventif, selon les recommandations de la Société Américaine de Neurologie. Mais on est loin du compte.


  • Publié 24.04.2012 à 17h44
  • |
  • |
  • |
  • |


En direct de l’American Academy of Neurology (Nouvelle-Orléans, 21-28 avril 2012)

Plus de sept médicaments différents disposent de preuves cliniques suffisamment fortes pour pouvoir être utilisés en prévention de crises migraineuses trop fréquentes ou trop sévères. C’est ce qui ressort d’un travail réalisé   par la Société Américaine de Neurologie et présenté lors du congrès de l'AAN. Le niveau de preuve de ces traitements préventifs (qui sont différents des traitements de la crise) a été établi sur la constatation d’un bénéfice considéré comme suffisant par les malades dans au moins deux essais cliniques de bonne qualité.
Ces molécules qui ont donc démontré leur efficacité préventive sont : un triptan (frovatriptan), 3 bêta-bloquants (métoprolol, propranolol et timolol) et 3 anti-épileptiques (divalproate de sodium, valproate de sodium et topiramate). D’autres molécules sont probablement efficaces, mais ne disposent pas d’un niveau de preuve équivalent puisque leur dossier se borne à un seul essai de bonne qualité ou 2 essais de moins bonne qualité. Les produits disponibles en vente libre en pharmacie ont également été évalués dans ces recommandations.

Par rapport aux recommandations précédentes, qui avaient été publiées en 2000, le topiramate a été élevé à la catégorie A et le vérapamil, ainsi que la gabapentine, ont été abaissés au niveau de recommandation inférieur, du fait des nouveaux critères d’évaluation plus exigeants. Il faut cependant se souvenir que cette catégorisation des produits définit un niveau de recommandation à l'échelle d’une population, en fonction des preuves scientifiques existantes, mais pas forcément une amplitude d’efficacité pour un malade donné. Les autres traitements ne sont donc pas à abandonner s’ils marchent.

Les migraineux qui souffrent de fréquentes crises de migraine, ceux qui utilisent les traitements de la crise à des doses trop élevées et ceux chez qui ces traitements de la crise perdent leur efficacité secondairement sont probablement de bons candidats pour les traitements préventifs, même si les neurologues américains n’ont pas défini des indications plus précises.
Si l’on applique ces critères cependant, près de 38% des migraineux pourraient bénéficier d’une prévention spécifique de leurs crises de migraine. Or, il semblerait qu’actuellement, aux Etats-Unis, seulement un malade sur 4 qui pourraient en bénéficier soit traité préventivement. Ceci nous donne une idée du chemin qui reste à parcourir pour une maladie aussi fréquente.

 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité