Publicité

QUESTION D'ACTU

CPLF

Les spécialistes traquent les bactéries virulentes

Première cause de décès par maladie infectieuse, la pneumonie à pneumocoque reste un défi pour les spécialistes. Malgrè les campagnes de prévention et l'effcacité de la vaccination.


  • Publié 30.01.2012 à 12h02
  • |
  • |
  • |
  • |


Avec plus de 6000 décès par an en France, la pneumonie à pneumocoque reste une infection grave du poumon, au premier plan des préoccupations des spécialistes. Le pneumocoque est en effet une bactérie très virulente qui peut être responsable d’une pneumonie foudroyante, mais aussi d’infections du poumon responsables de nombreuses hospitalisations (une hospitalisation pour pneumonie sur 2) ou encore de complications infectieuses extra-pulmonaires telles que septicémies et méningites.

La 1ère bonne nouvelle du  congrès de pneumologie qui vient de se terminer à Lyon (CPLF) est que si la proportion de pneumocoques résistants aux antibiotiques avait tendance à augmenter ces dernières années (près d’un sur 2 en 2000), la politique de rationalisation des prescriptions instaurée en 2000 (avec la campagne « les antibiotiques, c’est pas automatique »), semble porter ses fruits : en 2007, le pourcentage de germes résistants aux antibiotiques est retombé à 30% environ.

 

Pr Jean-Pierre Grignet, Pneumologue à Denain : "l’intérêt de la vaccination contre le pneumocoque est majeur chez les adultes fragilisés"

 

Deuxième bonne nouvelle, les vaccinations contre le pneumocoque sont particulièrement efficaces contre les formes graves d’infections de l’enfant et chez les individus immunodéprimés. Seul inconvénient, du fait de l’efficacité des vaccinations antérieures, de nouvelles souches de pneumocoque sont désormais impliquées dans les infections et les nouveaux vaccins doivent s’adapter et être dirigés contre un nombre de plus en plus importants de souches de pneumocoque.

 

Pr Jean-Pierre Grignet : "La politique de prescription antibiotique a réduit les résistances aux antibiotiques"

 

Parce que l’âge de la population va continuer à s’élever, le nombre d’infections à pneumocoque risque d’augmenter sauf si les médecins et les malades se partagent bien les tâches : les médecins doivent vacciner les malades à risque et prescrire les antibiotiques à bon escient, et les malades doivent prendre leur traitement antibiotique correctement et sans l’arrêter prématurément afin de limiter l’apparition des résistances.

 

 

En savoir plus

L’agressivité du pneumocoque est liée à l’existence d’une « coque », une enveloppe polysaccharidique autour de la bactérie, qui perturbe les défenses immunitaires. Il existe un très grand nombre de types de ce germe, ou « souches antigéniques » : près de 90 motifs différents d’antigènes sont retrouvés à la surface des différents types de pneumocoques et la proportion de ces « variants » évolue. Ceci complique la tâche du système immunitaire de défense de l’organisme et l’adaptation des vaccins. Une dernière particularité est l’acquisition régulière d’une résistance à de nombreux antibiotiques.

 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité