• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Opérée dans le ventre de sa mère


  • Publié le 16.03.2012 à 00h00
  • |
  • |
  • |
  • |


                                                     

Une petite fille a été sauvée grâce à une opération réalisée avant sa naissance dans le ventre se sa mère.
Elle s’appelle Alaitz, qui signifie joie en basque. Elle porte bien son nom et va très bien aujourd’hui. Pourtant elle revient de loin. Alors qu’elle n’était qu’un fœtus de 26 semaines, elle a été opérée par une équipe espagnole, dans le ventre de sa mère pour un problème pulmonaire : l’obstruction complète de la bronche principale du poumon droit faisait que celui-ci grossissait énormément et mettait sa vie en jeu. L’opération a parfaitement réussi et elle est née 11 semaines plus tard. Aujourd’hui, elle a 16 mois et est en pleine santé !

Mais comment a-t-on pu opérer cet enfant encore dans l’utérus de sa mère ?
Les chirurgiens ont endormi le bébé, puis ont fait entrer un tuyau très fin, un endoscope pour fœtus, à travers la peau de la mère et de son utérus. Ils sont ensuite passés par la bouche de l’enfant et l’ont intubé comme s’il était sur une table d’opération. Puis ils sont allés jusqu’à sa bronche pricipale. La nouveauté tient dans le fait que c’est la 1ère fois qu’un enfant est opéré de cette façon pour ce type de problème très rare. A noter que l’opération si complexe n’a duré que 30 minutes.

Pas question d'avoir la main qui temble!. Est-ce que ce type d’opération se développe de plus en plus ?
Dire que c’est fréquent est un peu excessif, rarissime non plus. Plusieurs équipes chirurgicales hyperspécialisées le font dans le monde. La méthode s’est bien développée depuis 1991. En France il existe  un seul centre à l’hôpital Necker à Paris dirigé par le Pr Yves Ville qui réalise chaque année environ 200 à 220 interventions de ce type là

Quelles maladies  des fœtus y opére-t-on ?
D’après le Pr Yves Ville, les interventions les plus souvent pratiquées concernent les vrais jumeaux qui ont un placenta commun et dont l’un d’entre eux détourne le sang à son profit. Il y a aussi les malformations du diaphragme, du cœur ou encore de la vessie. Et le plus dur pour ces chirurgiens aux doigts d’or, est de mettre le bébé anesthésié dans la bonne position par rapport aux instruments. Car si l'enfant s’est endormi du mauvais côté, tout le monde peut aller se rhabiller !

 

 

 

 

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité