Pourquoi Docteur
    NEWSLETTER
    LES MALADIES

    Verrues génitales (condylomes)

    Qu'appelle-t-on verrues génitales ?

    couple

    Les condylomes (également appelés verrues génitales) sont une maladie sexuellement transmissible due à des virus. Certaines souches de ce virus provoquent parfois une transformation des cellules infectées pouvant entraîner l'apparition de cancers, en particulier un cancer du col de l'utérus.

    Les symptômes des verrues génitales

    Les condylomes sont de petites excroissances qui ressemblent à des verrues lorsqu’elles se trouvent sur les organes génitaux externes (vulve, pénis, prépuce, scrotum), le périnée et l’anus. Ils sont parfois également présents dans la bouche, l’urètre, le vagin ou sur le col de l’utérus.

    Les condylomes se manifestent parfois plusieurs années après la contamination et ne sont pas toujours visibles à l'œil nu. Lorsqu'ils le sont, ils peuvent être plats, surélevés (en forme de chou-fleur ou de crêtes de coq), de couleur rosée ou grisâtre. Ils entraînent parfois des démangeaisons ou des saignements lors des rapports sexuels.

    Les complications des verrues génitales

    La plupart des personnes qui ont été infectées par les virus responsables de condylomes parviennent à l’éliminer sans qu’il y ait eu de symptômes. Dans certains cas, ces virus persistent sans provoquer d’autres désagréments.

    Chez certains patients, des souches particulières de ce virus peuvent favoriser l’apparition de cancers à partir des cellules infectées : cancer du col de l’utérus, de la vulve, de l’anus, du rectum, et parfois du pénis ou de la gorge. Le tabagisme, l'âge et la pilule contraceptive favorisent l'apparition du cancer à partir des lésions produites par les virus, en particulier dans le cas du cancer du col de l'utérus. Ce risque est également augmenté chez les personnes dont le système immunitaire est affaibli.

    Chez les femmes enceintes porteuses de condylomes, une contamination de l’enfant peut se produire lors de l’accouchement et provoquer des verrues dans la bouche du nourrisson.

    Les causes des verrues génitales

    Les condylomes sont dus à des virus dits papillomavirus humains (HPV). Très contagieux, il en existe une grande variété, dont seuls certains provoquent des condylomes et, parmi eux, seules quelques souches peuvent entraîner l’apparition de cancers. Ces virus se transmettent lors de rapports sexuels.

    Les personnes qui ont débuté leur vie sexuelle très jeunes et celles qui ont eu de nombreux partenaires sexuels présentent un risque plus élevé de contamination par les virus du papillome humain, en particulier si elles ont eu des relations sexuelles sans protection. Les personnes qui souffrent d'une autre infection sexuellement transmissible sont plus à risque d'être infectées par les papillomavirus.

    La prévention des verrues génitales

    Parce que la contamination se fait par voie sexuelle, l’utilisation du préservatif est indispensable pour prévenir l’apparition de condylomes. Néanmoins, le préservatif n’offre pas une protection absolue. En effet, les condylomes se transmettent de peau à peau et les lésions peuvent se situer à des endroits non protégés par le préservatif. La contamination peut également se faire par des doigts souillés.

    Deux vaccins efficaces contre certains types d'HPV liés au cancer du col sont désormais commercialisés en France. Ces vaccins sont recommandés pour toutes les jeunes filles de 14 à 23 ans avant leur première expérience sexuelle ou dans l’année qui suit celle-ci. On ignore encore s'ils peuvent contribuer à la prévention du cancer du col chez les femmes déjà infectées par les HPV.

    Ces vaccins provoquent une immunité qui persiste au moins quatre ans. Néanmoins, ces vaccins protègent contre seulement certains types d'HPV (responsables d'environ 70 % des cancers du col) et le dépistage, même de manière moins fréquente, reste indispensable.

    Le traitement des verrues génitales

    Le traitement des condylomes vise à détruire les lésions visibles. Ce traitement n’élimine pas le virus et d’autres lésions peuvent apparaître dans les semaines ou les mois qui suivent. Une surveillance prolongée est donc nécessaire pour prévenir toute récidive.

    L’élimination des lésions peut être effectuée en les brûlant avec de l’azote liquide, un laser ou un courant électrique (électrocoagulation). Parfois, un traitement médicamenteux local est appliqué sur les lésions.

    Papillomes et cancers de la bouche

    Des études récentes semblent indiquer que les virus responsables des condylomes génitaux pourraient être à l'origine de cancers de la bouche et de la gorge. Transmis lors de rapports sexuels buccogénitaux (fellation et cunnilingus), ces virus semblent être à l'origine d'un nombre croissant de cancers, peut-être en lien avec l'augmentation du nombre moyen de partenaires sexuels au cours de la vie.

    On ignore encore si les vaccins disponibles pour prévenir les cancers du col de l'utérus liés au HPV sont également capables de prévenir ceux de la bouche et de la gorge.

    Sur le même sujet :
    Deux doses du vaccin Gardasil contre le papillomavirus suffisent pour réduire le risque de verrues génitales, ou condylomes, selon une étude sur un million de femmes.


    Liste des médicaments liés à la prise en charge de cette pathologie établie par Eureka santé/Vidal et figurant dans le répertoire de l'Ansm


    Vaccins : papillomavirus

    Cytotoxiques locaux


    source : © EurekaSanté par VIDAL
    Les informations sur les pathologies et les traitements sont actualisées tous les jours.
    Question d’actu
    07h00 - 24/04
    Démence
    19h10 - 23/04
    Position dans la voiture
    18h15 - 23/04
    Déception amoureuse, échec...
    17h37 - 23/04
    Pilons de poulet, épis de...
    16h25 - 23/04
    Autorisé aux Etats-Unis
     
     
    NUTRITION avec le Dr Patrick Serog

    Les secrets du régime méditerranéen

    Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON Ce site respecte les principes de la charte HONcode.
    Site certifié en partenariat avec la Haute Autorité de Santé (HAS).
    Vérifiez ici.