Pourquoi Docteur
    NEWSLETTER
    LES MALADIES

    Troubles obsessionnels compulsifs (TOC)

    Qu'est-ce que le trouble obsessionnel compulsif ?

    toc

    Les troubles obsessionnels compulsifs, également appelés TOC, sont une forme de trouble anxieux. Les personnes souffrant de TOC sont obnubilées par des pensées angoissantes difficiles à ignorer, qui parasitent leur esprit et provoquent un fort sentiment de culpabilité.

    Face à ces obsessions, des actions répétitives ou compulsions sont un moyen d’échapper à l’anxiété. La personne malade se sent obligée d’accomplir certains rituels qui se répètent de plus en plus souvent et tournent au trouble obsessionnel compulsif, un piège vécu dans le secret et la honte. L’accomplissement des rituels peut nécessiter plusieurs heures dans la journée ; ils gênent le quotidien et entravent l’accès à une vie sociale et professionnelle normale.

    Une proportion de 2 à 3 % de la population serait atteinte de troubles obsessionnels compulsifs. Chez deux tiers des patients, la maladie se déclare avant l’âge de 25 ans, parfois dès la petite enfance. Si, chez les adultes, la proportion d’hommes et de femmes est la même, les garçons sont plus fréquemment concernés que les filles à l’adolescence.

    Quels sont les symptômes des différents TOC ?

    Les rituels destinés à calmer l’anxiété peuvent prendre des formes diverses : rituels de vérification (s’assurer constamment que les serrures ou le gaz ont bien été fermés, les appareils ménagers débranchés, l’électricité éteinte) ; rituels de répétition (passer et repasser la porte, faire un geste de multiples fois, répéter un mot ou un chiffre) ; rituels d’ordre et de rangement ou rituels d’évitement (ne jamais prendre tel trajet, ne pas toucher tel objet).

    Chez les enfants et les adolescents, les TOC prennent des formes assez similaires à celles observées chez les adultes. Pendant l’enfance, les jeunes patients obsessionnels compulsifs présentent surtout des rituels de répétition, d’ordre et de rangement. Pendant l'adolescence, les rituels de lavage constituent la principale compulsion.

    Que peut-il arriver en cas de TOC non soignés ?

    Les TOC non traités sont à l’origine d’une dépression dans plus de la moitié des cas. Ils risquent également de déclencher une phobie sociale, liée à la honte des manifestations de la maladie et à la peur du jugement des autres.

    Certaines personnes souffrant de troubles obsessionnels compulsifs se mettent à boire pour calmer leur anxiété et diminuer les compulsions. Une proportion de 8 à 15 % d’entre elles souffrirait même d’alcoolisme chronique.

    Quelles sont les causes des TOC ?

    Les troubles obsessionnels compulsifs ont apparemment une triple origine génétique, biologique, et psychologique. La théorie psychanalytique considère que les TOC constituent l’expression d’un mécanisme de défense du psychisme contre les manifestations d’une agressivité inconsciente.

    Comment soigne-t-on les TOC ?

    Le traitement des troubles obsessionnels compulsifs repose sur l’utilisation de techniques de psychothérapie et, éventuellement, de médicaments antidépresseurs.

    La thérapie comportementale est souvent utilisée dans le traitement du trouble obsessionnel compulsif. Elle s’appuie sur la technique dite d’exposition progressive avec désensibilisation. Pendant quarante à cinquante séances, la personne atteinte de TOC se confronte volontairement aux situations qui entraînent de l’anxiété, d’abord mentalement, puis dans le réel. La personne est fortement encouragée par le psychiatre, le psychothérapeute et par ses proches à ne plus accomplir ses rituels et à développer d’autres moyens de contrôler son angoisse.

    Parallèlement, une thérapie cognitive peut être entreprise. Elle aide le malade à réinterpréter de façon plus objective ses pensées envahissantes, en l’amenant à mettre en évidence leur côté irrationnel et injustifié. Ces thérapies sont souvent efficaces. Cependant, la disparition du TOC peut parfois entraîner, après un certain temps, l’apparition d’un autre symptôme de type anxieux (phobie, crise de panique, par exemple).

    Quels sont les médicaments utilisés contre les TOC ?

    Les antidépresseurs sont les principaux médicaments utilisés et ils seraient efficaces dans environ 60 % des cas. Souvent, les symptômes diminuent en intensité sans totalement disparaître. Les antidépresseurs semblent plus efficaces sur les idées obsédantes que sur les compulsions.

    Il arrive que le traitement ne soit efficace qu’au bout de deux mois. Ceci ne doit pas décourager les patients de le poursuivre. L’arrêt du traitement doit être progressif et échelonné sur plusieurs mois.

    Comment soutenir une personne qui a des TOC ?

    Les proches doivent se montrer compréhensifs, faire preuve de tolérance et de soutien. La colère et le ressentiment ne font qu’aggraver les troubles obsessionnels compulsifs. Il ne faut pas se moquer des comportements du malade, même s’ils semblent complètement ridicules. Il est inutile et néfaste de l’empêcher d’accomplir ses rituels. Mieux vaut l’inciter à se faire soigner et le soutenir dans sa thérapie comportementale et son traitement médicamenteux.

    Sur le même sujet :
    Publié le 5 Mars 2013
    Afsané Sabouhi
    Vérifier plusieurs fois par nuit que bébé respire encore est l’un des symptômes obsessionnels dont souffrent 11% des jeunes mères. Lorsqu’ils persistent, en parler à son médecin devient nécessaire.


    Liste des médicaments liés à la prise en charge de cette pathologie établie par Eureka santé/Vidal et figurant dans le répertoire de l'Ansm


    Antidépresseurs imipraminiques

    Antidépresseurs inhibiteurs de la recapture de la sérotonine


    source : © EurekaSanté par VIDAL
    Les informations sur les pathologies et les traitements sont actualisées tous les jours.
    Question d’actu
    13h54 - 24/04
    Dépenses de santé
    13h31 - 24/04
    Consommateurs réguliers
    12h14 - 24/04
    Etude sur la souris
    11h55 - 24/04
    Selon l'Organisation Mondiale...
    07h00 - 24/04
    Démence
     
     
    NUTRITION avec le Dr Patrick Serog

    Bien manger pendant sa grossesse

    Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON Ce site respecte les principes de la charte HONcode.
    Site certifié en partenariat avec la Haute Autorité de Santé (HAS).
    Vérifiez ici.