Pourquoi Docteur
    NEWSLETTER
    LES MALADIES

    Rhinite allergique (rhume des foins)

    Quels sont les symptômes du rhume des foins ?

    rhume des foins

    La rhinite allergique est souvent saisonnière. Elle s’annonce par des picotements dans le nez, de fréquents éternuements et un écoulement nasal clair. Ces troubles s’accompagnent souvent d’une conjonctivite : les yeux gonflent, rougissent et larmoient. Parfois, des maux de tête accompagnés de fatigue accentuent la sensation de malaise. Tous les symptômes du rhume (sauf la fièvre) peuvent également se manifester. Dans les cas plus graves, des manifestations d’allergie respiratoire peuvent apparaître : toux, difficultés respiratoires, voire une crise d’asthme.

    Certaines personnes présentent des problèmes de rhinite chronique. Dans la plupart des cas, c’est une rhinite allergique perannuelle. Néanmoins, il arrive que cette forme de rhinite ait une cause différente. On parle alors de rhinite vasomotrice non allergique, ou rhinite chronique inflammatoire.

    Quelles sont les causes de la rhinite allergique ?

    Il arrive que le système immunitaire chargé de lutter, entre autres, contre les micro-organismes, considère une substance habituellement anodine comme un corps étranger à éliminer. Lorsque la substance allergisante (par exemple des grains de pollen) entre en contact avec des cellules des muqueuses, certaines cellules voisines libèrent dans le sang de l’histamine, un composé qui provoque les manifestations de l’allergie.

    Quelles sont les substances allergisantes ?

    Le plus souvent, le rhume des foins est une allergie saisonnière liée à la production de pollen lors de la floraison. Cependant, d’autres substances peuvent provoquer des rhinites allergiques, tels les acariens et leurs déchets, les poils d’animaux, ou certaines substances chimiques. L’allergie peut alors se manifester toute l’année, elle est dite perannuelle.

    Comment réagir face à une rhinite allergique ?

    Si vous soupçonnez un rhume des foins sans en avoir jamais connu auparavant, une consultation médicale s’impose. Sinon, les personnes qui connaissent régulièrement ce type de problème peuvent utiliser les médicaments antihistaminiques disponibles sans ordonnance, selon les conseils de leur médecin.

    Quand faut-il consulter un médecin en cas de rhinite allergique ?

    Consultez un médecin dans la journée :

    • si la langue gonfle.
    • s'il y a une gêne respiratoire associée.

    Consultez un médecin dans les jours qui viennent :

    • si un rhume dure plus de dix jours et fait penser à une rhinite allergique (éternuements et larmoiement qui durent plusieurs jours, par exemple).
    • si les symptômes se manifestent en permanence au cours de l'année.
    • si les sécrétions nasales présentent du sang de manière répétée.
    • si des boutons ou des plaques rouges apparaissent avec des démangeaisons.
    • si la personne atteinte souffre d'asthme.

    Que fait le médecin en cas de rhinite allergique ?

    Le médecin cherche, dans les cas sévères, à déterminer quelle substance allergisante peut-être à l’origine de la réaction et prescrit des mesures pour éviter les contacts avec cette substance, ce sont les mesures d’éviction.

    Lorsqu’il est impossible d’éviter la substance allergisante, notamment dans le cas des acariens ou des pollens, le médecin allergologue peut procéder à une désensibilisation (ou hyposensibilisation), plus ou moins efficace selon la substance à l’origine de l’allergie.

    Dans les autres cas, des médicaments sont prescrits pour soulager les symptômes.

    Comment soulager le rhume des foins ?

    Le traitement de l’allergie passe d’abord par l’éloignement des substances allergisantes, lorsque cela est possible.

    Différents types de médicaments permettent de soulager les symptômes de la rhinite allergique. Ce sont principalement des antihistaminiques H1, un anti-allergique, le cromoglycate de sodium ou des corticoïdes. Ils peuvent être pris par voie orale ou par voie nasale.

    Un certain nombre de médicaments sont disponibles sans ordonnance, pour une utilisation de courte durée. Demandez toujours conseil à votre médecin ou à votre pharmacien.

    Comment prévenir le rhume des foins ?

    Le plus sûr moyen de prévenir le rhume des foins serait d’éviter tout contact avec le pollen. Mais ceci n’est guère réalisable en pratique. Pendant les périodes de production du pollen :

    • promenez-vous ou faites du sport pendant, ou juste après la pluie, lorsque l’air contient beaucoup moins de pollen ;
    • évitez les balades dans la campagne durant la floraison ;
    • portez des lunettes de soleil à l’extérieur pour éviter le contact des pollens avec vos yeux ;
    • aérez votre habitation brièvement et en l’absence de vent ;
    • dormez en gardant la fenêtre fermée pour éviter l’apport d’air extérieur, surtout à l’aube, vers quatre à cinq heures du matin.
    • essayez de planifiez le calendrier et le lieu de vos vacances, de manière à éviter les périodes de floraison.
    Sur le même sujet :
    Selon le dernier bulletin du Réseau National de Surveillance Aerobiologique, les pollens de bouleau sont désormais les plus présents et les plus virulents pour les personnes allergiques.  
    Les dernières prévisions font état d’une menace élevée pour les pollens de bouleau en France. Particulièrement dans l’Est et moyen sur la moitié Ouest.
    Pour le Réseau National de Surveillance Aérobiologique la nature est en plein réveil dans l'Hexagone. Les conjonctivites et rhinites vont bientôt démarrer.
    Des chercheurs ont mis au point un filtre à placer dans le nez. Il permet de bloquer les particules allergènes comme le pollen, responsable du rhume des foins.


    Liste des médicaments liés à la prise en charge de cette pathologie établie par Eureka santé/Vidal et figurant dans le répertoire de l'Ansm


    Antihistaminiques H1 : kétotifène

    Antihistaminiques H1 peu sédatifs

    Antihistaminiques H1 sédatifs

    Antihistaminiques H1 par voie nasale

    Préparations nasales à visée antibactérienne

    Antihistaminiques H1 : kétotifène

    Vasoconstricteur décongestionnant associé à un antihistaminique

    Corticoïdes par voie nasale

    Antiallergiques par voie nasale

    Traitement par voie nasale : décongestionnants

    Corticoïdes : bétaméthasone

    Corticoïdes : dexaméthasone

    Corticoïdes : méthylprednisolone

    Corticoïdes : prednisolone

    Corticoïdes : prednisone

    Corticoïdes injectables

    Homéopathie

    Oligoéléments


    source : © EurekaSanté par VIDAL
    Les informations sur les pathologies et les traitements sont actualisées tous les jours.
    Question d’actu
    11h59 - 16/04
    50 000 grossesses analysées
    09h30 - 16/04
    Sels de réhydratation orale
    07h00 - 16/04
    Etat végétatif / Etat de...
    18h54 - 15/04
    Etude suisse sur des souris
    17h54 - 15/04
    Etude du CNRS
     
     
    NUTRITION avec le Dr Patrick Serog

    Bien manger pendant sa grossesse

    Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON Ce site respecte les principes de la charte HONcode.
    Site certifié en partenariat avec la Haute Autorité de Santé (HAS).
    Vérifiez ici.