Pourquoi Docteur
    NEWSLETTER
    LES MALADIES

    Exposition

    Quand la médecine était une histoire de prières...

    par
    |
    Publié le 1 Mai 2013
    Saints guérisseurs, panseurs de secret, coupeurs de feu... Une exposition au Musée d'Histoire de la médecine et un livre rappellent que la médecine à travers les siècles a été une histoire de prières, de formules ou de savoirs-faire empiriques. 
    Quand la médecine était une histoire de prières...
    DCOLLECTION RIBIERE/SIPA

    « Saint Hubert glorieux, de trois choses nous défend, la nuit du serpent, des bêtes enragées toute la journée… » Cette complainte pouvait être récitée à la maison, ou à l’église en touchant la statue du Saint. Elle était censée susciter la protection du saint contre la rage, une maladie mortelle qui avant la découverte de Pasteur, suscitait une peur irrépressible dans les campagnes. « La médecine n’a pas toujours été une affaire scientifique, fondée sur des essais cliniques et des expérimentations... rappelle Yvan Brohard, ethno-historien et chargé de mission à l’université de Paris Descartes. Les progrès médicaux ont été durant des siècles lents et laborieux, et les populations faisaient peu confiance aux « médecins de papier ». Ils se tournaient alors vers les guérisseurs, les saints ou la Vierge ». Contre la peste, la rage, ou les douleurs du quotidien, le recours au ciel était souvent l’ultime moyen pour obtenir soulagement et guérison. C’est ce que nous rappelle une exposition qui se tient au musée d’Histoire de la médecine de l’université Paris Descartes jusqu’à la fin du mois de mai. Une exposition qui fait écho à la publication d’une « Histoire des médecines populaires, » parue aux éditions de La Martinière.

    Au milieu de bustes polychromes ou de bras contenant les reliques de saints guérisseurs, de châsses en pierre taillée, l’exposition permet une plongée dans les croyances et les petits miracles de la médecine populaire. « Saint Blaise était souvent prié contre la toux et la coqueluche, explique Yvan Brohard. Des images pieuses le représentent touchant le cou d’un petit enfant qui s’étouffe et qu’il délivre d’une arête de poisson qui l’étouffait, un miracle très célèbre au Moyen Age ». Et dans certaines paroisses, des « cordons de Saint Blaise », des fils rouges trempés dans un vase d’argent rempli de vin qu’on prétendait avoir appartenu au Saint, étaient distribués à la population, portés autour du cou pour se préserver des maux de gorge.


    Comment le saint guérisseur était-il choisi ?  Il existait des « saints généralistes », aptes à soigner un peu tous les maux comme Saint Fursy, ou les inséparables Saint Côme et Saint Damien, saints patrons des médecins et des chirurgiens... La Vierge Marie, recours suprême et universel. Mais dans la plupart des cas, le Saint était choisi en fonction d’un épisode de sa vie. Les lépreux ont ainsi pour Saint patron, Lazare, qui était mort de la lèpre.


    Ecoutez Yvan Brohard
    , historien : « Ce qui est encore plus curieux, c’est que par exemple un saint pouvait être choisi par asonnance, par exemple Saint Cloud contre les clous, les furoncles… »


    Le recours aux saints guérisseurs n’était pas le seul moyen pour tenter de se soigner. La population se tournait vers les personnes qui avaient un « don particulier » ou une formule qui avait la vertu de guérir. « Dans le Berry et le Bourbonnais, on appelait ces hommes ou ces femmes des « panseurs de secret », ce qui traduit assez justement leur intervention dont le champ était large : dartre, zona, entorse, maux de tête, verrues, fièvres, brûlures… énumère Jean-François Leblond, historien, co-auteur de « Une histoire des médecines populaires ». 

    Ecoutez Jean-François Leblond, historien : « Pour soigner une piqûre d’insecte, dans le Haut Vallespir (Pyrénées orientales) on vous mouillait la main piquée, la frottait dans la terre, on prononçait il vaut mieux la terre que le venin ».
     


    L’Histoire retient aussi les "coupeurs de feu"... Leur pouvoir consiste à stopper les brûlures. « Ils barrent le mal et son extension en même temps qu'ils arrêtent la douleur, précise Jean-François Leblond. Les techniques étaient apparemment variables selon les époques et les régions. Ainsi, en Picardie, le toucheur apposait ses mains en croix sur la partie brûlée. Dans la Manche, il s'agissait de femmes qui faisaient des prières et des gestes, mais sans toucher la partie malade ».
    D’autres personnes prétendaient avoir une technique, un savoir-faire. Certains composaient des recettes étonnantes, comme le « baume Tranquille, » créé par un capucin à l’époque de Louis XIV. Fabriqué à partir d’une vingtaine de plantes infusées dans de l’huile d’olive, il était supposé soigner les rhumatismes, le mal d’oreille et les hémorroïdes. « Un remède infaillible » selon Madame de Sévigné… D’autres se spécialisaient comme arracheurs de dents, ou comme herniers, avec des méthodes très empiriques voire scandaleuses. « Les herniers étaient spécialisés dans le traitement des hernies de l’aine, précise Jean-François Leblond. Et dans certains cas, certains n’hésitaient pas à émasculer leur patient au prétexte que cela leur simplifiait la tâche ».


    Ecoutez Jean-François Leblond : 
    « Avec les herniers, dans certaines régions, ce sont des dizaines de patients qui se retrouvent émasculés. »
     

    Dans cette histoire des médecines populaires, il est aussi question de charlatans de tout poil, comme les vendeurs d'orviétan, et les sorciers... Autant d’anecdotes et de drames qui rappellent un des fondements du principe d’Hippocrate : « D’abord ne pas nuire. »





    Question d’actu
    19h16 - 24/04
    Etude européenne
    18h25 - 24/04
    Amputation, troubles...
    17h15 - 24/04
    17h13 - 24/04
    Disponible sur mesvaccins.net...
    16h57 - 24/04
    En campagne et en zone...
     
     

    Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON Ce site respecte les principes de la charte HONcode.
    Site certifié en partenariat avec la Haute Autorité de Santé (HAS).
    Vérifiez ici.