Pourquoi Docteur
    NEWSLETTER
    LES MALADIES

    Accueil > Les MALADIES> Ménopause

    Ménopause

    Qu'appelle-t-on ménopause ?

    ménopause

    Même si pour la majorité des femmes, la ménopause arrive vers l'âge de 50 ans, elle peut survenir de façon naturelle entre 40 et 55 ans. La ménopause entraîne une grande variété de symptômes : bouffées de chaleur, règles irrégulières, sécheresse de la peau et du vagin, troubles du sommeil, irritabilité, incontinence urinaire, prise de poids, etc. Heureusement, la majorité des femmes ne connaîtront que quelques-uns d'entre eux.

    L’abaissement du taux d'estrogènes caractéristique de la ménopause a des conséquences à long terme sur les os (ostéoporose), les vaisseaux sanguins et le cœur (hypertension artérielle, maladie coronarienne, athérosclérose, infarctus, accident vasculaire cérébral). Dix ans après la ménopause, les risques cardiovasculaires encourus par les femmes sont aussi élevés que ceux encourus par les hommes du même âge.

    Que faire en cas de ménopause ?

    Quelques mesures peuvent aider à passer le cap de la ménopause, même si elles n’ont pas fait l’objet d’études scientifiques :

    • Mangez de manière équilibrée et évitez les aliments épicés, la caféine (café, thé, chocolat, cola) et les boissons chaudes ou alcoolisées génératrices de bouffées de chaleur. Enrichissez votre alimentation en calcium (lait et produits laitiers, eaux minérales riches en calcium, éventuellement préparations à base de calcium).
    • Faites du sport (marche, natation, vélo, etc.) pour régulariser votre sommeil et lutter contre les troubles de l’humeur, l’ostéoporose, le surpoids, le cholestérol et les maladies cardiovasculaires.
    • Relaxez-vous en pratiquant le yoga, la méditation, le tai chi, le stretching, etc. Prenez le temps de vous occuper de votre corps : massages, hydratation, soins de la peau, etc.
    • En cas de sécheresse vaginale, des produits d’hygiène, vendus en pharmacie ou dans les grandes surfaces, tels que gels et liquides lubrifiants peuvent être placés à l’entrée du vagin avant chaque rapport et jouent le même rôle que les sécrétions physiologiques. On préférera les gels à base d’eau et non de corps gras.

    Qu'appelle-t-on traitement hormonal de substitution (THS) ?

    Lorsqu’ils sont sévères, les traitements des troubles liés à la ménopause reposent sur la prescription d'hormones sexuelles, les estrogènes et la progestérone, destinées à compenser la chute de leur taux sanguin (c’est le traitement hormonal de substitution ou THS).

    Les études récentes ont montré que le THS, pris pendant plusieurs années, augmente le risque de maladies cardiovasculaires et d'accidents vasculaires cérébraux (attaques). Le THS combinant estrogènes et progestérone augmente également le risque de cancer du sein (mais diminue le risque de cancer de l'utérus).

    Pour ces raisons, le THS est contre-indiqué chez les femmes qui ont des antécédents personnels de maladie cardiovasculaire, qui ont déjà souffert d’un cancer du sein ou de l'utérus, ou qui présentent des hémorragies vaginales anormales.

    Pour les autres femmes, l'Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) a émis des recommandations claires :

    • le THS est indiqué chez les femmes souffrant de troubles liés à la ménopause (notamment de bouffées de chaleur) avec un retentissement important sur la qualité de vie. Un THS peut alors être instauré si la femme le souhaite, à la plus petite dose efficace, pour la durée la plus courte possible, avec une information claire sur les risques. Une réévaluation régulière doit être assurée par le médecin traitant.
    • le THS est également indiqué chez les femmes ménopausées présentant un risque élevé de fractures, mais seulement en cas d'intolérance ou de contre-indication aux autres traitements indiqués dans la prévention de l'ostéoporose.

    Si vous vous interrogez sur l'opportunité d'un THS, parlez-en avec votre médecin ou votre gynécologue. Faites-vous expliquer clairement l’utilité d’un traitement dans votre cas et sur ses éventuels risques et bénéfices.

    Quels compléments alimentaires contre la ménopause ?

    De nombreux compléments alimentaires sont proposés pour soulager ces troubles en stimulant ou en remplaçant la production d'hormones sexuelles : phytoestrogènes du soja (isoflavones), du trèfle rouge, de l’actée à grappes noires, de l’igname sauvage ou yam, etc. Leur usage doit impérativement se faire sous contrôle médical.

    Les phytoestrogènes semblent moins efficaces que les estrogènes de synthèse : ils ne soulageraient que 30 % des femmes contre 70 % pour les produits de synthèse. De plus, les phytoestrogènes n’ont fait l’objet d’aucune étude clinique sur leur utilisation à long terme.

    En 2012, faute de preuves d'efficacité convaincantes, les autorités sanitaires européennes ont interdit aux compléments alimentaires contenant des isoflavones (phytoestrogènes) de prétendre favoriser la qualité des cheveux et la tonicité de la peau, ou de maintenir le bon fonctionnement des articulations, pendant et après la ménopause.

    Récemment, les autorités sanitaires ont mis en garde les consommatrices de phytoestrogènes : ces produits pourraient entraîner les mêmes risques que les estrogènes du traitement hormonal de substitution pour une efficacité moindre. Les recommandations officielles déconseillent aux femmes qui ont des antécédents de cancer du sein ou de l’utérus de prendre ce type de produits.

    Sur le même sujet :
    Tabagisme et peau blanche ne font pas bon ménage : des facteurs génétiques peuvent avancer de neuf ans le début de la ménopause.
    Chez plus d’un tiers des femmes, les bouffées de chaleur persistent plus de 10 ans. Selon une étude américaine, les femmes obèses ou Afro-américaines sont les plus concernées.
    Pour soulager les désagréments de la ménopause, recourir à la progestérone est une solution non seulement efficace mais aussi sans risque pour la santé, selon une étude.
    Publié le 21 Octobre 2013
    Bouffées de chaleur, troubles de l’humeur…Ménopause rime souvent avec problèmes de concentration. Une étude explique pourquoi.
    12 semaines de cours de yoga, associées à une pratique à la maison, amélioreraient les insomnies des femmes ménopausées, mais pas les bouffées de chaleur.  
    Publié le 14 Octobre 2012
    Dr Sophie Lemonier


    Liste des médicaments liés à la prise en charge de cette pathologie établie par Eureka santé/Vidal et figurant dans le répertoire de l'Ansm


    Homéopathie

    Oligoéléments

    Traitements de la ménopause : acide aminé

    Estrogènes par voie cutanée

    Estrogènes par voie orale

    Estrogènes par voie vaginale

    Estrogènes et progestatifs en association

    Progestatifs : voie orale

    Progestatifs : voie orale

    Compléments alimentaires - Ménopause

      Gynécologie - Lubrifiants


        source : © EurekaSanté par VIDAL
        Les informations sur les pathologies et les traitements sont actualisées tous les jours.
        Question d’actu
        10h36 - 19/04
        Après un syndrome méningé
        10h00 - 19/04
        Comportement altéré
        08h00 - 19/04
        Des hôpitaux débordés
        19h23 - 18/04
        Industrie pharmaceutique
        18h03 - 18/04
        Une étude menée sur 6...
         
         

        Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON Ce site respecte les principes de la charte HONcode.
        Site certifié en partenariat avec la Haute Autorité de Santé (HAS).
        Vérifiez ici.