Pourquoi Docteur
    NEWSLETTER
    LES MALADIES

    Accueil > Les MALADIES> Méningites

    Méningites

    Qu'est-ce qu'une méningite ?

    cerveau humain

    Une méningite est une inflammation des méninges, les membranes qui protègent le cerveau et la moelle épinière. Le plus souvent, cette inflammation est la manifestation d’une infection par un virus ou par une bactérie. En France, les départements de la Seine-Maritime et plus récemment de la Somme, du Nord et du Pas-de-Calais connaissent régulièrement des épidémies de méningites dues à des méningocoques.

    Les méningites peuvent survenir à tout âge, mais elles touchent plus particulièrement les enfants et les adolescents. La méningite est une maladie rare mais grave. Devant toute suspicion de méningite, il est donc impératif de consulter rapidement un médecin.

    Quelles sont les causes des méningites infectieuses ?

    Les méningites virales, qui sont les plus fréquentes (70 à 80 % des cas), sont généralement bénignes. La guérison survient en cinq à dix jours, mais des maux de tête peuvent persister plusieurs semaines.

    Les méningites bactériennes mettent la vie du patient en danger. Elles nécessitent une prise en charge médicale urgente. Plusieurs types de bactéries peuvent être à l’origine de méningites : par exemple, les pneumocoques (les plus fréquents), les méningocoques (responsable d’environ un quart des cas de méningite bactérienne en France), les streptocoques du groupe B (responsables de près de 80 % des méningites du nourrisson).

    Au sein d’une même espèce, certaines bactéries présentent de petites variations de structure. Ces sous-espèces sont appelées « sérogroupes ». Un vaccin peut n’être efficace que sur certains de ces sérogroupes, ce qui complique la prévention des méningites.

    Qui est à risque pour les méningites ?

    Certaines personnes ont un risque plus élevé de souffrir d’une méningite :

    • les nourrissons de moins de deux ans, les adolescents et les jeunes adultes jusqu’à l’âge de 24 ans ;
    • les personnes âgées ;
    • les personnes vivant dans une collectivité fermée (pensionnat, caserne, crèche à plein temps) ;
    • les personnes dont le système immunitaire est affaibli (personnes prenant un médicament immunosuppresseur, personnes infectées par le VIH/sida, diabétiques, etc.) ;
    • les personnes en contact avec une personne atteinte de méningite ;
    • les personnes séjournant dans une région où les épidémies de méningites sont fréquentes ;
    • les fumeurs et les personnes exposées à la fumée de cigarette.

    Quels sont les symptômes des méningites ?

    Les symptômes des méningites sont regroupés sous le terme de « syndrome méningé » qui associe le plus souvent :

    • une forte fièvre,
    • une sensibilité exacerbée à la lumière,
    • une raideur de la nuque,
    • de violents maux de tête,
    • des nausées et des vomissements.

    Chez les nourrissons, outre la fièvre, les symptômes des méningites sont le plus souvent des pleurs incessants, de l’irritabilité et une somnolence alternant avec une forte agitation. La fontanelle peut également être bombée. Si le comportement de votre bébé vous semble inhabituel et vous inquiète, n’hésitez pas à consulter un médecin en urgence.

    Peut-on prévenir les méningites ?

    La prévention des méningites repose sur la vaccination contre les bactéries responsables de méningites graves (méningocoque, pneumocoque, Hæmophilus influenzae de type B) et sur le traitement préventif des personnes ayant été en contact avec des malades en cas de méningite à méningocoques.

    Le vaccin contre les infections à Hæmophilus influenzae de type B est recommandé pour tous les nourrissons. Celui contre les infections à pneumocoques est recommandé pour tous les nourrissons de moins de deux ans. Les vaccins contre les infections à méningocoques des sérogroupes A, C, W135 et Y sont recommandés pour tous les nourrissons à partir de un an (sérotype C) ou de 24 mois (les autres sérotypes).

    Pour le pèlerinage à la Mecque, la présentation d’un carnet de vaccination à jour est exigée par les autorités saoudiennes. Il est obligatoire d’être vacciné contre les méningocoques de sérogroupe A, C, Y et W135. La vaccination doit être réalisée au plus tard dix jours avant le départ. Le vaccin contre le pneumocoque est également recommandé.

    Dans le cas d’une méningite à méningocoques, contagieuse et parfois mortelle, un traitement préventif est préconisé dans l’entourage de la personne qui déclare cette maladie. Ce traitement préventif dure deux jours. Toutes les personnes fréquentant la même collectivité (crèche, école, collège, lycée, entreprise, etc.) sont concernées, même s’il n’y a pas eu de contact direct entre les deux individus. De plus, les personnes en contact régulier et répété avec le malade sont vaccinées (hors méningocoque de sérogroupe B).

    Quels sont les traitements des méningites ?

    Dans le cas des méningites virales bénignes, le traitement consiste à soulager les symptômes : repos et administration de médicaments contre la fièvre et contre la douleur.

    Si une origine bactérienne est suspectée, un traitement antibiotique est administré en perfusion pour une durée de dix à 21 jours selon la bactérie et l’évolution de l’état du patient.

    Sur le même sujet :
    La secrétaire d’Etat Valérie Fourneyron est hospitalisée depuis le 11 avril en raison d’un syndrome méningé. Les symptômes sont similaires à une méningite, mais ce n’est pas la même maladie.
    Une personne sur dix meurt de la méningite. Pour l'éviter, le collectif Ensemble contre la méningite lance une campagne d'information sur les symtômes et l'intérêt de la vaccination. 
    Après le décès de 3 personnes à Nice, fin février, un homme de 19 ans est mort d’une ménigite foudroyante jeudi matin à Aulnay-sous-Bois.
    Deux jeunes hommes d'une même famille, ainsi qu'une troisième personne, ont succombé à une méningite à Nice. Selon l'InVS, la vaccination contre cette maladie peine à convaincre les Français.
    Publié le 25 Février 2014
    Trois jeunes hommes présentant tous des symptômes de méningite sont décédés en fin de semaine dernière à Nice. Face à cette bactérie, les enfants et les adolescents sont les plus vulnérables.
    Faute de recours au vaccin recommandé et remboursé depuis 2010, le nombre de cas de méningite de type C est reparti à la hausse, selon le Bulletin épidémiologique hebdomadaire.
    Le Bexsero, nouveau vaccin contre le méningocoque B, va être commercialisé dans les pharmacies. Non remboursé, il est recommandé aux personnes à risque.


    Liste des médicaments liés à la prise en charge de cette pathologie établie par Eureka santé/Vidal et figurant dans le répertoire de l'Ansm


    Eléments minéraux : potassium

        Traitement antibiotique local : aminosides

          Vaccins : infections à Haemophilus influenzae type b

          Vaccins : infections à méningocoques

          Vaccins : infections à pneumocoques


          source : © EurekaSanté par VIDAL
          Les informations sur les pathologies et les traitements sont actualisées tous les jours.
          Question d’actu
          13h10 - 17/04
          5 marques concernées
          12h10 - 17/04
          Lésions des valves...
          11h52 - 17/04
          Accusé de sept cas...
          10h00 - 17/04
          Thérapie génique
          07h00 - 17/04
          Fécondation
           
           
          NUTRITION avec le Dr Patrick Serog

          Bien manger pendant sa grossesse

          Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON Ce site respecte les principes de la charte HONcode.
          Site certifié en partenariat avec la Haute Autorité de Santé (HAS).
          Vérifiez ici.