>
>
Cancer de la thyroïde : une nette prédominance chez les femmes jeunes

Cancer de la thyroïde : une nette prédominance chez les femmes jeunes

Publié le 15.06.2016
Mots-clés :
Cancer de la thyroïde : une nette prédominance chez les femmes jeunes
©123RF-Katarzyna Bialasiewicz

Un cancer de la thyroïde correspond à la multiplication de cellules cancéreuses dans la glande thyroïde : elle forment une tumeur maligne. Près de 90 % des cancers de la thyroïde se présentent sous la forme d’un « nodule » de la thyroïde.

Cancer de la thyroïde : COMPRENDRE

Des mots pour les maux
Un cancer est aussi appelé « tumeur maligne ».
Le mot « maligne » signifie que la tumeur peut se propager à d’autres parties du corps (« métastases »).

Qu'est-ce qu’un cancer de la thyroïde ?

Le cancer de la thyroïde est une tumeur maligne qui provient de la transformation de certaines des cellules de la glande sous l’influence de différents facteurs.
La thyroïde est une glande endocrine, c’est-à-dire qu’elle sécrète des hormones essentielles au fonctionnement de l’organisme, directement dans le sang. Elle est située dans l’avant du cou, en avant de la trachée artère, sous la pomme d’Adam, et elle a une forme de papillon. Elle n’est pas palpable normalement. La thyroïde est formée de 3 types de cellules :
• Les « cellules folliculaires » qui fabriquent les hormones thyroïdiennes, celles-ci contrôlant le niveau d’activité des cellules du corps.
• Les « cellules C », aussi appelées « cellules parafolliculaires », et qui produisent la « calcitonine », une hormone qui aide à contrôler les taux de calcium et de phosphate dans le sang.
• Les cellules de soutien et les cellules vasculaires.
Les cellules de la thyroïde subissent parfois des modifications qui rendent leur mode de croissance ou leur comportement anormal. Dans plus de 90 % des cas, le cancer de la thyroïde se développe à partir des cellules folliculaires. On parle alors de « cancer différencié de la thyroïde de souche folliculaire » qui comporte deux formes : papillaire ou vésiculaire. Le « cancer papillaire de la thyroïde » est le cancer le plus fréquent de la thyroïde. Il représente environ 70 % de tous les cancers de la thyroïde. Le deuxième type de cancer de la thyroïde en termes de fréquence est le « carcinome folliculaire de la thyroïde ». Les cancers différenciés ont la particularité d'être sensibles à un traitement à l'iode radioactif.
Plus rarement, dans 5 à 10 % des cas, le cancer se développe à partir des cellules autour des follicules, les « cellules C » ou « cellules parafolliculaires », c'est un « cancer médullaire de la thyroïde ». Des cellules thyroïdiennes modifiées peuvent également se transformer en « cancer anaplasique de la thyroïde », mais c’est peu fréquent. D’autres types rares de cancers de la thyroïde peuvent apparaître, comme le lymphome, le carcinome épidermoïde et le sarcome.

Quels sont les signes du cancer de la thyroïde ?

La plupart du temps, les personnes chez qui on diagnostique un cancer de la thyroïde n’ont aucun signe.
Quand il y a des signes, ce sont souvent ceux qui sont rencontrés au cours d’autres maladies et ils sont donc peu évocateurs : gonflement à la partie antérieure et inférieure du cou, enrouement de la voix, difficulté à avaler ou à respirer, gonflement des ganglions lymphatiques du cou, toux persistante et mal de gorge en l’absence de rhume, douleur persistante du cou… Mais il peut se présenter sous la forme d'un nodule de la thyroïde.
Le carcinome médullaire de la thyroïde se caractérise par une augmentation du taux de l’hormone nommée calcitonine dans la circulation sanguine, ce qui peut causer des signes additionnels, tels que diarrhée et rougeur de la peau du visage (« flush »).

Quelles sont les causes du cancer de la thyroïde ?

Le cancer de la thyroïde peut apparaître à n’importe quel âge, mais il est plus fréquent chez des personnes âgées de 15 à 49 ans. Il s’agit du cancer le plus fréquemment diagnostiqué chez les personnes de 15 à 29 ans.
Le cancer de la thyroïde affecte plus souvent la femme que l’homme. Les taux d’incidence du cancer de la thyroïde chez la femme ont augmenté de façon régulière depuis 1986.
L’exposition à un rayonnement ionisant est le plus grand facteur de risque du cancer de la thyroïde. Il existe un lien entre le risque de cancer de la thyroïde et l'âge de l'exposition à la radiation. Plus une personne est exposée tôt dans la vie, plus son risque d’être atteint d'un cancer de la thyroïde est élevé.
Des antécédents d’affections non cancéreuses de la thyroïde (bénignes) font augmenter le risque d’être atteint d’un cancer de la thyroïde. Ces affections comprennent notamment les « nodules thyroïdiens », le « goitre » (augmentation du volume de la thyroïde) et l’inflammation de la thyroïde (« thyroïdite »).
Les antécédents familiaux de cancer de la thyroïde, de même que certaines affections héréditaires, exposent à un risque plus élevé de cancer de la thyroïde. Le « syndrome de néoplasie endocrinienne multiple de type 2 » (ou NEM 2) est causé par une mutation héréditaire du gène RET. La plupart des personnes atteintes du syndrome de NEM 2 développeront un jour un cancer médullaire de la thyroïde. Le syndrome de NEM 2 peut aussi causer d’autres types de tumeurs. La « polypose adénomateuse familiale » (ou PAF) est principalement causée par une mutation du gène de la « polypose adénomateuse colique » (APC). En plus du risque de cancer colorectal, une personne atteinte de PAF présente un risque élevé d’avoir d’autres types de cancer, y compris le carcinome papillaire de la thyroïde.

Quelles sont les complications du cancer de la thyroïde ?

La première complication est locale avec un envahissement locorégional des tissus du cou par le cancer de la thyroïde. C’est un vrai problème car étant donné la forte densité de nerfs et de vaisseaux sanguins, la chirurgie est très difficile.
Les cellules du cancer de la thyroïde ont la capacité de se propager vers d’autres parties du corps (poumons, cerveau et os) où elles peuvent former une tumeur : c’est ce que l’on appelle des « métastases ».
• Le carcinome papillaire de la thyroïde et le carcinome médullaire de la thyroïde évoluent habituellement lentement et ont tendance à se propager localement (ganglions et tissus du cou) plutôt qu’à distance. Ceci n’est pas forcément moins grave car la chirurgie est très difficile au niveau du cou.
• Le carcinome folliculaire de la thyroïde considéré comme un cancer bien différencié et à croissance lente légèrement, mais il est plus agressif que le carcinome papillaire de la thyroïde avec un risque plus élevé de métastases.
• Dans la plupart des cas de carcinome anaplasique de la thyroïde, les métastases à distance sont présentes au moment du diagnostic en raison de la croissance rapide et de la nature agressive de ce type de cancer.

DIAGNOSTIC >>
Sur le même sujet :
Nous les femmes
Fermer X
NEWSLETTER
Recevez toutes les semaines les meilleures infos santé
je m'inscris
je suis déja inscrit