>
>
Angine de poitrine : la douleur signe un problème des artères coronaires

Angine de poitrine : la douleur signe un problème des artères coronaires

Publié le 23.12.2015
Angine de poitrine : la douleur signe un problème des artères coronaires
©123RF-ginasanders

L'angine de poitrine, ou « angor », correspond à une douleur thoracique en rapport avec le rétrécissement d'une artère coronaire et la diminution des apports de sang dans la paroi musculaire du cœur. Le risque est que l'artère en cause s'obstrue complètement, ce qui provoquera un infarctus du myocarde.

Angine de poitrine : COMPRENDRE

Des mots pour les maux

L'angine de poitrine est aussi appelée « angor », un mot latin qui signifie oppression. On parle d'angor d'effort ou de repos.
La maladie est due à un rétrécissement, ou sténose, d'une des artères du cœur, les « coronaires ».
Il est provoqué par un dépôt « d'athérome ». Cette affection est aussi appelée syndrome coronarien.

Qu’est-ce que l'angine de poitrine ?

L'angine de poitrine désigne une douleur thoracique qui survient le plus souvent pendant un effort (« angor d’effort »), et parfois au repos (« angor de repos »). C'est un signe d’alerte qui peut être la première étape d'une maladie du cœur : l’insuffisance coronarienne.
Le cœur est un organe creux dont la paroi est un muscle, le « myocarde ». Son rôle est d’aspirer le sang veineux pour l’envoyer s’oxygéner dans les poumons, puis de propulser ce sang oxygéné dans tout le corps pour permettre le bon fonctionnement du cerveau, des reins, des glandes, des organes digestifs et des muscles, dont le myocarde. Pour pouvoir effectuer cette tâche essentielle, le myocarde est approvisionné en oxygène et en éléments nutritifs par des artères particulières : les « artères coronaires ».
L’insuffisance coronarienne est un terme qui désigne un rétrécissement du diamètre intérieur des artères coronaires. Ce rétrécissement réduit le débit sanguin et les empêche d’assurer un apport suffisant en sang oxygéné au muscle cardiaque, en particulier à l’effort, lorsque les besoins en oxygène augmentent. La douleur de l’angine de poitrine est donc une sorte de crampe douloureuse d’une partie de la paroi musculaire du cœur. Elle résulte d’une inadéquation entre les apports et les besoins en oxygène du muscle cardiaque via le sang.

Quelle est la cause de l’angine de poitrine ?

Dans 90 % des cas, l'angine de poitrine est provoquée par un dépôt d’athérome dans les artères coronaires, dans le cadre de « l'athérosclérose ».
Le muscle cardiaque n'est plus suffisamment irrigué puisque le diamètre intérieur des artères coronaires qui l'alimentent est rétréci. Ces artères s'obstruent partiellement lorsque du cholestérol et des dépôts fibreux s'accumulent et forment une plaque d’athérome sur leur paroi interne, exactement comme le calcaire se dépose à l’intérieur des canalisations d’eau dans une maison.
Les plaques se remanient et grandissent au fil du temps. Elles se durcissent, on parle alors d'athérosclérose. La lumière de l’artère est réduite, le débit de sang diminue et certaines zones de la paroi musculaire du cœur ne sont plus suffisamment alimentées en oxygène, en particulier à l’effort.
La première étape de la formation de ces plaques consiste en une altération localisée de la souplesse de la paroi interne de l’artère, qui conduit à son altération et à un dépôt de graisses dans la paroi artérielle.
L'évolution des plaques se fait par une alternance de dépôts, d’ulcérations de la couverture superficielle de ces dépôts, puis de cicatrisation fibreuse de la plaque.
L’évolution est prolongée et peut conduire, couche par couche, à l'obstruction complète de la lumière de l’artère. On considère que les manifestations d'angor apparaissent lorsque le diamètre de la lumière artérielle est réduit d'au moins 50 %.
Plus rarement, d'autres maladies qui augmentent le travail du muscle cardiaque peuvent provoquer une angine de poitrine. Cela peut être une lésion des valves cardiaques (insuffisance ou rétrécissement) ou une hypertension artérielle. Dans d’autre cas, c’est une maladie de la paroi musculaire du cœur qui conduit à l'angine de poitrine : on parle alors de « myocardiopathie ». Enfin, il a été décrit des crises d’angine de poitrine provoquées par des spasmes d’une artère coronaire, mais ces spasmes surviennent le plus souvent sur une athérosclérose coronarienne.

Quels sont les facteurs qui peuvent favoriser la maladie ?

Les facteurs de risque des maladies cardiovasculaires en général, et l’athérosclérose en particulier, peuvent favoriser l’apparition d’une angine de poitrine. Les médecins séparent ces facteurs de risque en deux catégories : ceux sur lesquels il est possible d’agir et ceux sur lesquels ils ne peuvent pas agir.
Les facteurs de risque de l’athérosclérose sur lesquels ils ne peuvent pas agir sont l’âge (la probabilité d'avoir un accident cardiovasculaire augmente après 50 ans chez l'homme et après 60 ans chez la femme) et les antécédents familiaux. En effet, s’il y a eu un infarctus du myocarde ou une mort subite chez le père ou un frère avant 55 ans, ou chez la mère ou la sœur avant 65 ans, s’il y a eu un accident vasculaire cérébral (AVC) avant 45 ans dans la famille, le risque d’angine de poitrine est majoré.
Les facteurs de risque cardiovasculaires sur lesquels les médecins peuvent agir sont :
• Le tabagisme : le tabac favorise l’athérosclérose et le rétrécissement des artères, ainsi que la formation de caillots et l'apparition de troubles du rythme cardiaque. Cela se produit dans un délai assez court et cela se prolonge et s’intensifie sur le long terme.
• Le diabète : on parle de diabète lorsque la glycémie (taux de sucre ou glucose dans le sang) est supérieure à 1,26 g/l à jeun, à au moins deux mesures. Lorsque le diabète est mal soigné, l'excès de glucose dans le sang peut endommager les parois internes des artères.
L'hypertension artérielle : la tension artérielle correspond à la pression exercée par le sang sur les parois des artères. Elle s'exprime par deux chiffres. On parle d'hypertension artérielle (HTA) si le chiffre supérieur (pression systolique) est au-dessus de 140 mm Hg et/ou si le chiffre inférieur (pression diastolique) est supérieur à 90 mm Hg.
• Un taux élevé de cholestérol (ou « hypercholestérolémie ») : si le cholestérol est essentiel au bon fonctionnement de l'organisme, son excès est néfaste pour la santé. On distingue le mauvais cholestérol (LDL) du bon cholestérol (HDL). Une prise de sang, réalisée à jeun, permet de déceler un excès de mauvais cholestérol. En cas d'alimentation trop grasse, d'obésité ou de manque d'activité physique, le mauvais cholestérol augmente et s'accumule sur les parois des artères sous forme de dépôts graisseux. Avec le temps, ces dépôts peuvent faire des plaques qui vont ralentir puis bloquer la circulation du sang : c'est l'athérosclérose.
• Le surpoids : on parle de surpoids si l'indice de masse corporelle (IMC) est supérieur à 25 et d'obésité s'il est supérieur à 30. Pour le calculer, il est possible d’utiliser un calculateur.
• Un embonpoint : la présence de graisse dans le ventre est un facteur de risque important. On parle d'obésité abdominale lorsque le tour de taille dépasse 88 cm chez la femme et 102 cm chez l'homme.
• La sédentarité : c'est-à-dire moins de 30 minutes d'exercice physique par jour.
L'alcool : il est conseillé de ne pas consommer plus de deux verres de vin par jour.

Quelles sont les complications de l’angine de poitrine ?

L’angine de poitrine est le plus souvent provoquée par un rétrécissement de la lumière des artères coronaires par une ou plusieurs plaques d’athérosclérose. La majorité de ces plaques sont stables mais quand l’une d’entre elles se fissure, les conséquences peuvent être dramatiques : environ 80 % des cas de morts subites sont liées à une rupture de plaque d’athérome. Le risque est surtout que l'artère en cause s'obstrue complètement et brutalement, en raison de la formation d’un caillot de sang sur la fissure, ce qui provoquera un infarctus du myocarde.
Par ailleurs, l’angine de poitrine n’est qu’une des atteintes d’une maladie générale qui est l’athérosclérose : les dépôts d’athérome ne se localisent pas uniquement dans les artèrescoronaires mais peuvent se situer également dans d’autres artères (carotides, artères des jambes, artères honteuses internes qui irriguent le pénis…). C’est pourquoi une angine de poitrine peut aussi se compliquer d’obstruction dans ces artères : dans les carotides, l’obstruction provoquera un accident vasculaire cérébral, dans celles des jambes, elle provoquera une artérite des membres inférieurs avec des crampes très douloureuses des jambes survenant après une certaine distance, dans les artères honteuses internes, elle provoquera des troubles de l’érection...

DIAGNOSTIC >>
Sur le même sujet :
Nous les femmes
Fermer X
NEWSLETTER
Recevez toutes les semaines les meilleures infos santé
je m'inscris
je suis déja inscrit