Pourquoi Docteur
    NEWSLETTER
    LES MALADIES

    Mal des transports (cinétose)

    Quels sont les symptômes du mal des transports ?

    mal de mer

    Le mal des transports (également appelé cinétose ou naupathie) commence par une sensation de malaise et un manque d’appétit. Puis surviennent des nausées, souvent accompagnées d’une transpiration abondante, de vertiges et d’une salivation plus ou moins importante. Des vomissements surviennent jusqu’à ce que l’estomac soit vide, et même au-delà. À ce stade, le mal des transports ne disparaît pas forcément, et l’on peut continuer à ressentir des nausées. Dans les cas plus graves, c’est l’épuisement total avec apathie et hébétude. Heureusement pour ceux qui aiment les croisières, l’organisme finit par s’habituer au bout de quelques jours.

    Quelles sont les complications éventuelles du mal des transports ?

    En général, aucune complication n’est à craindre, car les symptômes disparaissent dès le retour sur la terre ferme. Toutefois, l’état des petits enfants est à surveiller de près en cas de vomissements. En effet, s’ils n’arrivent pas à garder des aliments liquides dans l’estomac, ils risquent une déshydratation.

    Quelles sont les causes du mal des transports ?

    Les causes de ce mal sont complexes. L’organe de l’équilibre dans l’oreille interne perçoit très rapidement les balancements, les roulis, les ralentissements et les accélérations du moyen de transport ; il transmet ces excitations au centre de l’équilibre du cerveau. De même, les yeux et les récepteurs sensoriels des muscles et des articulations renvoient leurs informations sur la position du corps dans l’espace, mais moins rapidement que l’oreille interne. Le centre de l’équilibre reçoit donc en peu de temps des messages divers en partie contradictoires, qu’il ne peut traiter correctement.

    Que faire en cas de mal des transports ?

    • Appliquez les mesures préventives, valables même lorsque vous êtes déjà en route (voir ci-dessous).
    • Si possible, allongez-vous les jambes surélevées pour calmer les nausées.
    • Des techniques de relaxation peuvent soulager le mal.

    Quand faut-il consulter un médecin en cas de mal des transports ?

    Consultez un médecin dans les jours qui viennent :

    • si les nausées et les vomissements continuent, plusieurs heures après la fin du voyage.
    • si les nausées et les vomissements sont systématiques, empêchant un déplacement nécessaire.

    Comment prévenir le mal des transports ?

    • Évitez les repas copieux avant le voyage mais ne partez pas pour autant à jeun. Privilégiez une nourriture solide plutôt que liquide.
    • Renoncez à l’alcool, au tabac et au café, avant et pendant le voyage. Choisissez une section non-fumeurs dans les trains où la cigarette est encore permise et abstenez-vous de fumer en voiture.
    • Maintenez la tête droite, sans faire de mouvements brusques pendant le voyage.
    • En voiture, installez-vous à l’avant à côté du conducteur, et regardez loin devant vous.
    • Dans le train ou sur le bateau, asseyez-vous dans le sens de la marche. Certaines personnes se sentent mal quand elles sont installées dans le sens contraire.
    • Choisissez une place près de la fenêtre et regardez le paysage au loin. Tant que les yeux perçoivent le déplacement, le mal se manifeste moins rapidement.
    • En bateau, évitez de rester à l’intérieur, les espaces confinés favorisent l’apparition des symptômes.
    • Si vous êtes sujet au mal des transports abstenez-vous de lire, d’écrire ou d’entreprendre une activité qui réclame votre attention visuelle.
    • L’efficacité des bracelets contre le mal des transports n’a jamais été prouvée. Ils sont supposés faire pression sur un point d’acupuncture qui préviendrait les nausées.
    • Avant le départ, vous pouvez prendre un médicament de la famille des antihistaminiques H1 pour prévenir le mal des transports. La prise doit s’effectuer une demi-heure à une heure avant le départ. Elle peut être renouvelée au cours du voyage en respectant un intervalle d’au moins six heures entre les prises.

    Ces médicaments anti-histaminiques sont contre-indiqués en cas de risque de glaucome à angle fermé ou de risque de blocage des urines (lié à un adénome de la prostate). Ils peuvent être à l’origine d’une somnolence, plus ou moins intense selon les personnes.

    Un patch (dispositif transdermique) à coller derrière l’oreille est disponible sur ordonnance. Il contient un antiémétique atropinique, la scopolamine. Il est réservé à l’adulte. Il doit être appliqué la veille au soir pour un départ matinal ou le plus longtemps possible avant le départ (entre six et douze heures) et gardé pendant tout le voyage.

    Sur le même sujet :
    Publié le 14 Août 2012
    Mélanie Gomez
    En voiture, en bus ou en bateau… 3 millions de personnes sont malades dans les transports. Une technique de rééducation originale guérit définitivement 75% des patients. 
    Publié le 8 Août 2012
    Mélanie Gomez


    Liste des médicaments liés à la prise en charge de cette pathologie établie par Eureka santé/Vidal et figurant dans le répertoire de l'Ansm


    Antiémétiques atropiniques : scopolamine

    Antihistaminiques antiémétiques

    Homéopathie


    source : © EurekaSanté par VIDAL
    Les informations sur les pathologies et les traitements sont actualisées tous les jours.
    Question d’actu
    14h29 - 21/04
    Sur le site de lancement de...
    12h14 - 21/04
    Dans les urgences aux...
    09h35 - 21/04
    Pour un tiers de la...
    18h23 - 20/04
    La maladie est transmise par...
    17h34 - 20/04
    Un taux de létalité pouvant...
     
     
    NUTRITION avec le Dr Patrick Serog

    Les secrets du régime méditerranéen

    Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON Ce site respecte les principes de la charte HONcode.
    Site certifié en partenariat avec la Haute Autorité de Santé (HAS).
    Vérifiez ici.