Pourquoi Docteur
    NEWSLETTER
    LES TRAITEMENTS

    LES MALADIES

    Leucémie lymphoïde chronique

    Qu'appelle-t-on leucémie lymphoïde chronique ?

    médecin patient

    La leucémie lymphoïde chronique est un cancer d’une variété de globules blancs, les lymphocytes B. Dans la majorité des cas, la leucémie lymphoïde chronique est une maladie d’évolution lente qui ne nécessite qu’une surveillance médicale régulière, sans traitement. C’est une forme de cancer qui n’est grave que par ses éventuelles complications, observées chez une minorité de patients. Elle n’évolue jamais en leucémie aiguë.

    La leucémie lymphoïde chronique est-elle une maladie fréquente ?

    En France, environ 3 300 nouveaux cas de leucémie lymphoïde chronique ont été diagnostiqués en 2010. La leucémie lymphoïde chronique représente 30 % de toutes les formes de leucémie ce qui en fait la plus fréquente des leucémies de l’adulte.

    La leucémie lymphoïde chronique est plus fréquente chez les hommes (deux cas sur trois). L’âge moyen des patients au moment du diagnostic est de 70 ans chez les hommes et de 72 ans chez les femmes. Elle est responsable d’un peu plus de mille décès chaque année.

    Quels sont les causes de la leucémie lymphoïde chronique ?

    Aucune cause ou facteur de risque de leucémie lymphoïde chronique n’a été formellement identifié. Une prédisposition familiale peut être suspectée dans certains cas.

    Aucune mesure de prévention de la leucémie lymphoïde chronique n’a été identifiée à ce jour.

    Quels sont les symptômes de la leucémie lymphoïde chronique ?

    Dans la grande majorité des cas, la découverte d’une leucémie lymphoïde chronique (LLC) est faite fortuitement à la suite des résultats d’une prise de sang demandée pour une autre raison.

    À un stade avancé, la leucémie lymphoïde chronique peut provoquer des ganglions volumineux mais non douloureux au niveau du cou, des aisselles ou de l’aine, ainsi qu’un gonflement de la rate ou, rarement, des amygdales.

    Ses complications éventuelles sont des infections bactériennes (bronchopneumonies, infections urinaires, par exemple) ou opportunistes (herpès, zona, candidoses, etc.), de l’anémie, des troubles de la coagulation du sang, et parfois, la croissance soudaine d’un ou plusieurs ganglions qui exige la mise en place rapide d’un traitement de chimiothérapie.

    De plus, la leucémie lymphoïde chronique augmente légèrement le risque de développer certains cancers : cancer du poumon, cancer de la peau, cancer du côlon (gros intestin) et cancer du sein.

    Comment évolue la leucémie lymphoïde chronique ?

    L’évolution de la leucémie lymphoïde chronique (LLC) suit un schéma dit « des trois tiers » :

    • chez un tiers des patients, la LLC est diagnostiquée à un stade peu avancé et n’évoluera pas, même en l’absence de traitement ;
    • chez un tiers des patients, la LLC est diagnostiquée à un stade peu avancé mais évoluera au bout de plusieurs années, nécessitant un traitement chez environ la moitié d’entre eux ;
    • chez un tiers des patients, la LLC est diagnostiquée à un stade avancé qui justifie la mise en place relativement rapide d’un traitement.

    Aujourd’hui, en France, le taux de survie cinq ans après le diagnostic d’une leucémie lymphoïde chronique est supérieur à 80 %, toutes formes confondues.

    Comment soigne-t-on la leucémie lymphoïde chronique ?

    Parce que deux tiers des patients présentent une LLC de stade A au moment du diagnostic, la prise en charge médicale la plus courante est une simple surveillance afin de détecter rapidement une éventuelle progression de la maladie. Les patients sous surveillance active doivent avoir leurs vaccinations à jour, en particulier contre la grippe (tous les ans) et les infections à pneumocoques (tous les cinq ans).

    Chez les patients qui présentent un stade plus avancé, un traitement est prescrit, à base de médicaments de chimiothérapie anticancéreuse ou d’anticorps monoclonaux.

    Chez les patients pour lesquels ces traitements n’ont pas montré d’efficacité, il est possible de pratiquer une greffe de cellules souches (« allogreffe »). Des cellules souches saines sont prélevées dans la moelle osseuse d’une personne qui présente une compatibilité immunologique avec le patient. Une chimiothérapie puissante est ensuite administrée au patient qui détruit un très grand nombre de cellules du sang, y compris les cellules cancéreuses. Ensuite, les cellules souches saines sont injectées et, en quelques semaines, elles se multiplient et reconstituent les cellules du sang du patient. Un traitement anti-rejet est nécessaire comme pour toute greffe d’un organe provenant d’une autre personne.

    Après le traitement d'une leucémie lymphoïde chronique

    Les personnes qui ont reçu un traitement contre la leucémie lymphoïde chronique font l’objet d’un suivi médical rapproché afin de dépister rapidement une éventuelle rechute. Ce suivi médical dure toute la vie.

    Sur le même sujet :
    En 2013, l’Agence de la biomédecine espérait recruter 18 000 nouvelles personnes pour un don de moelle osseuse. C'est finalement 20 365 nouveaux donneurs qui intègrent le registre français.
    Les enfants nés d'une procréation médicalement assistée n'ont pas un risque majoré de cancer. Selon une étude, seuls deux cancers étaient légèrement plus fréquents. 
    Un nouveau médicament contre la leucémie lymphoïde chronique vient d’être approuvé aux Etats-Unis. Qualifié de « percée thérapeutique », il sera commercialisé dans 2 semaines.
    Nouvelle avancée dans la lutte contre le cancer : certains dérivés du cannabis permettent de ralentir, voire de détruire, les cellules responsables de la leucémie.

    source : © EurekaSanté par VIDAL
    Les informations sur les pathologies et les traitements sont actualisées tous les jours.
    Question d’actu
    00h51 - 31/08
    Appel des associations
    11h23 - 30/08
    Première mondiale
    09h14 - 30/08
    Revue Science
    18h44 - 29/08
    Aux Etats-Unis
    16h22 - 29/08
    Dans quatre régions
     
     

    Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON Ce site respecte les principes de la charte HONcode.
    Site certifié en partenariat avec la Haute Autorité de Santé (HAS).
    Vérifiez ici.