Pourquoi Docteur
    NEWSLETTER
    LES MALADIES

    L'aspirine pour le meilleur et le pire

    Publié le : 7 Juin 2012 par


    Par Dr Sophie Lemonier
    Pourquoi docteur.fr
    Sophie lemonier

    Une fois de plus l’aspirine,  belle dame pleine d’atouts, mais pas sans danger, fait parler d’elle.
    L’aspirine est une surdouée. Elle fait baisser la fièvre, calme le mal à la tête, fluidifie le sang et protège le cœur, et comme si ce n’était pas suffisant, elle préviendrait certains cancers... Mais le revers de la médaille de tous ces effets bénéfiques , c’est qu’elle peut faire saigner. Et ceux qui étaient tentés de la donner larga manu, un peu à tout le monde à partir de 50 ans doivent se calmer : une toute nouvelle étude vient de montrer que le risque d’hémorragie est plus élevé que prévu .

    Et de quel type d’hémorragie s’agit-il?
    Essentiellement des hémorragies digestives, mais aussi cérébrales, bien que celles-ci soient plus rares. Jusqu’à présent, ce risque d’hémorragie chez des non cardiaques, n’avait pas été évalué. C’est chose faite avec cette étude. Elle porte sur près de 200 000 personnes traitées par de faibles doses d’aspirine ( moins de 300 mg/j) qui ont été comparées à autant de témoins du même âge qui eux ne prenaient pas d’aspirine.

    Et concrètement quels sont les résultats?
    Les chercheurs ont retrouvé 2 hémorragies graves pour 1000 patients. Cependant, il faut opposer ce chiffre au bénéfice qui est du même ordre : 2  cas d’ atteintes cardiovasculaires graves ont été évités. Balle au centre donc . Mais pour les spécialistes, s’il est légitime de prendre un risque de saignement chez les personnes qui ont déjà fait un accident cardiaque ou cérébral et qui ont donc besoin d’avoir un sang plus fluide, il n’est pas concevable de le faire aussi pour ceux qui n’ont pas encore eu ce type de problème.

    Et il n’est pas possible de prévenir ces hémorragies ?
    Oui en partie: tout d’abord en repérant les personnes les plus à risque comme les patients de plus de 65 ans, les diabétiques, les hypertendus, les personnes prenant des anti-inflammatoires, ou encore ceux déjà hospitalisés pour des problèmes ulcéreux. Ensuite , cette étude montre aussi que les médicaments anti–ulcéreux , les protecteurs de l’estomac sont efficaces pour prévenir les hémorragies.
    Donc laissons l’aspirine à ceux qui en ont vraiment besoin et ne jouons pas les apprentis sorciers car avec cette vieille dame centenaire qu’est l’aspirine, le meilleur côtoie le pire.

    Référence
    Association of Aspirin Use With Major Bleeding in Patients With and Without Diabetes






    Liens proposés par la rédaction
    shémorragie de l'aspirine
    Actualisation
    0/5
    Originalite
    0/5
    Pedagogique
    0/5
    Objectivite
    0/5
    Complet
    0/5
    Notes des internautes : 0/5 Note moyenne de la redaction: 0/5
    Total: Le total est calculé en fonction des notes de la redaction et celles des internautes,la note de la rédaction comptant pour2/3 de la note totale

    Cliquez ici pour noter ce lien :
    maladies sur le meme sujet
    Après un infarctus du myocarde L'infarctus du myocarde, qu'est-ce que c'est ? Le cœur est essentiellement un muscle, appelé myocarde, dont les contractions permettent de faire circuler le sang dans le corps. L’infarctus du myocarde, ou « crise cardiaque », correspond à...
    Accident vasculaire cérébral (AVC) Qu'est-ce qu'un AVC ? L’accident vasculaire cérébral (AVC ou, plus communément, attaque cérébrale, embolie cérébrale ou apoplexie) se caractérise par une lésion d’une partie du cerveau à la suite de l’obstruction d’un...
    Diabète de type 2 Qu'est-ce que le diabète de type 2 ? Le diabète de type 2 touche essentiellement les personnes de plus de 40 ans, en particulier chez les personnes en surpoids. Les diabétiques de type 2 sécrètent de l’insuline, mais cette hormone agit avec moins...
    Sur le même thème
    Publié le 7 Juin 2012
    Par Dr Sophie Lemonier
    Publié le 29 Mars 2012
    Par Afsané Sabouhi
    L’aspirine peut prévenir la survenue des cancers mais le médicament démontre aussi qu'il réduit aussi la propagation des métastases.
    Publié le 9 Janvier 2012
    Par Dr Sophie Lemonier
    Dans la même rubrique
    - Publié le 3 Avril 2014
    - Publié le 18 Février 2014
    - Publié le 3 Janvier 2014
    Question d’actu
    19h10 - 23/04
    Position dans la voiture
    18h15 - 23/04
    Déception amoureuse, échec...
    17h37 - 23/04
    Pilons de poulet, épis de...
    16h25 - 23/04
    Autorisé aux Etats-Unis
    13h53 - 23/04
    Une hormone impliquée
     
     

    Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON Ce site respecte les principes de la charte HONcode.
    Site certifié en partenariat avec la Haute Autorité de Santé (HAS).
    Vérifiez ici.