Pourquoi Docteur
    NEWSLETTER
    LES MALADIES

    Accueil > Les MALADIES> Hyperthyroïdie

    Hyperthyroïdie

    Qu'est-ce que l'hyperthyroïdie ?

    problème de thyroïde

    L'hyperthyroïdie correspond à un dérèglement de la glande thyroïde qui l'amène à produire un excès d'hormones thyroïdiennes. Elle se caractérise par une accélération de la majorité des fonctions de l'organisme, ce qui entraîne notamment une tachycardie (rythme cardiaque très rapide), des bouffées de chaleur, des tremblements, un amaigrissement, de l'anxiété ou une fatigue chronique.

    Il est assez fréquent que l’hyperthyroïdie soit modérée et ne produise pas de symptômes notables. On parle alors d’hyperthyroïdie infraclinique (ou « frustre » ou « asymptomatique »). Cette forme d’hyperthyroïdie est particulièrement observée chez les personnes âgées de plus de 60 ans.

    L'hyperthyroïdie étant potentiellement dangereuse, son traitement fait parfois appel à des mesures qui bloquent définitivement la production d'hormones par la thyroïde, obligeant alors le patient à prendre une quantité contrôlée d'hormones thyroïdiennes de remplacement pour le restant de ses jours.

    Qui est touché par l'hyperthyroïdie ?

    L’hyperthyroïdie touche les femmes huit fois plus fréquemment que les hommes. Elle est également plus fréquente dans les familles au sein desquelles un cas de maladie de la thyroïde a été diagnostiqué par le passé.

    On estime qu’entre 1 et 4 % de la population française souffre d’hyperthyroïdie, le plus souvent dans sa forme légère, sans symptôme. Chez les personnes âgées, elle est systématiquement recherchée lorsque la personne maigrit sans raison, se plaint d’insomnies, de palpitations ou de fatigue chronique.

    Les causes de l'hyperthyroïdie

    L'hyperthyroïdie peut être provoquée par de multiples causes, dont la plus fréquente est une maladie auto-immune, la maladie de Basedow. Très rarement, l'hyperthyroïdie peut être due à un trouble de l'hypophyse qui, dans ce cas, ne régule plus correctement la thyroïde.

    Il semble que le tabac joue un rôle négatif dans l’apparition de l’hyperthyroïdie. Le tabagisme augmenterait le risque d’hyperthyroïdie en général et de maladie de Basedow en particulier.

    Chez les personnes qui prennent des hormones thyroïdiennes (pour traiter une thyroïde « paresseuse » ou parce la thyroïde a dû être neutralisée), une posologie trop élevée peut provoquer des symptômes d’hyperthyroïdie.

    De plus, certaines personnes qui cherchent à perdre du poids ont recours aux hormones thyroïdiennes de synthèse (achetées sur internet ou prescrites par un médecin complaisant). Des accidents cardiaques liés à une hyperthyroïdie provoquée par ce type de traitement ont été observés : l'usage d'hormones thyroïdiennes pour maigrir est absolument contre-indiqué et doit être évité à tout prix.

    Le traitement de l'hyperthyroïdie

    Chez les personnes qui présentent des symptômes d'hyperthyroïdie, le traitement peut se faire avec des médicaments qui bloquent la synthèse des hormones thyroïdiennes (antithyroïdiens de synthèse) ou par des mesures définitives : neutralisation de la thyroïde par de l'iode radioactif ou ablation chirurgicale de cette glande (opération qui consiste à enlever tout ou partie de la thyroïde).

    Lors de traitement contre l'hyperthyroïdie, les médicaments prescrits visent soit à réduire les taux sanguins d'hormones thyroïdiennes (en bloquant leur production par la thyroïde), soit à soulager les symptômes et, en particulier, à soutenir le cœur si l'accélération du rythme cardiaque est trop élevée. De plus, chez les patients dont la thyroïde a été neutralisée ou enlevée, des hormones thyroïdiennes de synthèse sont administrées pour rétablir leur taux sanguin normal.

    Pour surveiller le traitement, le médecin prescrit des analyses de sang avant de débuter le traitement, toutes les semaines pendant les six premières semaines de traitement, puis de façon plus espacée mais régulière. De plus, le patient est informé qu’il doit cesser immédiatement son traitement en cas de fièvre, d’angine ou de tout autre signe d’infection. Dans ce cas, il doit rapidement consulter son médecin pour avis.

    Quelques conseils lorsqu'on souffre d'hyperthyroïdie

    • Faites-vous bien expliquer par votre médecin le mécanisme de la maladie pour mieux comprendre le traitement et son suivi.
    • Sachez reconnaître les effets indésirables des antithyroïdiens de synthèse et faites-vous expliquer dans quelle situation il est nécessaire d’interrompre aussitôt le traitement (fièvre, angine ou tout signe d’infection).
    • Si vous avez perdu du poids, compensez grâce à une alimentation riche en calories.
    • Complétez vos apports en calcium : fromages, produits laitiers, eaux minérales riches en calcium, etc.
    • Évitez les boissons caféinées (café, thé, maté, colas, chocolat, energy drinks) et les compléments alimentaires qui contiennent de la caféine (y compris celle issue du guarana).
    • Optez pour du sel sans iode ajouté (fleur de sel) et évitez de consommer des aliments ou des compléments alimentaires contenant des algues (qui sont habituellement riches en iode).
    Sur le même sujet :
    Après le Néo-Mercazole en rupture de stock depuis juin, la situation se répercute sur le Thyrozol. L’ANSM demande aux médecins de ne plus initier de  traitement avant le retour à la normale.  


    Liste des médicaments liés à la prise en charge de cette pathologie établie par Eureka santé/Vidal et figurant dans le répertoire de l'Ansm


    Antithyroïdiens

    Bêtabloquants

    Hormones thyroïdiennes


    source : © EurekaSanté par VIDAL
    Les informations sur les pathologies et les traitements sont actualisées tous les jours.
    Question d’actu
    17h15 - 24/04
    17h13 - 24/04
    Disponible sur mesvaccins.net...
    16h57 - 24/04
    En campagne et en zone...
    16h40 - 24/04
    Couplé à une thérapie...
    15h48 - 24/04
    Décédée à 115 ans
     
     

    Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON Ce site respecte les principes de la charte HONcode.
    Site certifié en partenariat avec la Haute Autorité de Santé (HAS).
    Vérifiez ici.