Pourquoi Docteur
    NEWSLETTER
    LES MALADIES

    Accueil > Les MALADIES> Diabète de type 1

    Diabète de type 1

    Qu'est-ce que le diabète de type 1 ?

    piqûre d'insuline

    Le diabète de type 1 se déclenche le plus souvent pendant l'enfance ou au début de l'âge adulte. Les diabétiques sécrètent peu ou pas d’insuline, l’une des hormones qui permettent la régulation du taux de sucre (glucose) dans le sang. À long terme, cette élévation permanente de la glycémie provoque des dégâts, notamment sur les vaisseaux sanguins.

    Quelles sont les complications du diabète de type 1 ?

    Un diabète de type 1 non diagnostiqué ou mal contrôlé par les traitements peut provoquer des complications aigües sous la forme de malaises graves. De plus, lorsqu'elle persiste plusieurs années, une concentration élevée de sucre dans le sang provoque des complications particulières : atteinte des petits vaisseaux sanguins (au niveau de la rétine, des reins et des pieds), et des artères principales (infarctus, accident vasculaire cérébral ou une mauvaise circulation dans les artères des jambes). La prévention de ces complications repose sur un traitement adapté tout au long de la vie.

    Qu'est-ce que l'autosurveillance de la glycémie ?

    On appelle autosurveillance de la glycémie les techniques de mesure du taux de sucre dans le sang qui peuvent être pratiquées par le patient. Cette autosurveillance est effectuée en prélevant une goutte de sang à l'aide d'un autopiqueur (une sorte de stylo pour se piquer le bout du doigt). Cette goutte est ensuite analysée dans un appareil de lecture du taux de sucre. Autopiqueur et appareil de lecture sont remboursés par l'Assurance maladie. L'autosurveillance est particulièrement utile pour identifier les hypoglycémies (lorsque le taux de sucre est trop faible) et lorsqu'elle s'accompagne d'une adaptation du traitement au taux de sucre mesuré dans le sang (par exemple une adaptation de la dose d'insuline injectée).

    Comment soigne-t-on le diabète de type 1 ?

    L'objectif principal du traitement du diabète de type 1 est de maintenir le taux sanguin de sucre dans les valeurs normales et de prévenir les complications. Les injections d’insuline sont nécessaires pour compenser l’insuffisance de production du pancréas. La dose quotidienne d'insuline dépend de nombreux facteurs : âge, poids, puberté, ancienneté du diabète, répartition des apports alimentaires au long de la journée, niveau d'activité physique, habitudes de vie, autres maladies, etc. L’insuline est administrée en plusieurs injections (le « schéma de traitement ») et ce schéma doit être réévalué régulièrement.

    Au-delà de l'injection d'insuline, le maintien d'un poids raisonnable, une alimentation équilibrée et la pratique d'une activité physique régulière sont des composantes essentielles du traitement.

    Chez les patients diabétiques, on évalue l'efficacité des traitements mis en œuvre en suivant régulièrement le pourcentage d'hémoglobine glyquée dans le sang (HbA1c). Il reflète le taux de sucre dans le sang pendant les six dernières semaines. Une personne qui ne souffre pas de diabète a un taux d'HbA1c inférieur à 5,5 %. Chez un patient diabétique de type 1, le taux d'HbA1c à maintenir est fixé à 7 % chez les adultes et à 7,6 % chez les enfants.

    Que faire lorsqu'on souffre de diabète de type 1 ?

    Certaines habitudes permettent de réduire les risques de complication du diabète.

    • Informez-vous : des programmes d'éducation sur le diabète sont proposés dans certains hôpitaux. Renseignez-vous auprès de votre médecin ou des associations de diabétiques.
    • Équilibrez votre alimentation : mieux vaut préférer les sucres (glucides) naturellement contenus dans les céréales complètes et les légumes secs, plutôt ceux qui se trouvent dans les gâteaux, les sucreries, les confitures, les céréales de petit déjeuner, etc. De plus, il est préférable de réduire votre consommation d’aliments gras (en particulier le beurre, les fromages, les viandes rouges, la mayonnaise, etc.) et de consommer du poisson au moins deux fois par semaine.
    • Bougez : les pratiques physiques et sportives d'intensité moyenne et de longue durée (marche, cyclisme, ski de fond, randonnée, escaliers, etc.) sont particulièrement indiquées (20 à 30 minutes, au moins trois à cinq fois par semaine). Il est important de vérifier sa glycémie avant et après l’activité physique, ce qui permet d’adapter l’alimentation et le traitement par l’insuline.
    • Prenez soin de vos pieds : si vous n'avez pas de complications au niveau des pieds, il suffit d'avoir une bonne hygiène. En revanche, si vous souffrez de complications sévères, inspectez vos pieds tous les jours à la recherche de lésions que vous n’auriez pas senties.
    • Prenez soin de vos yeux : consultez un ophtalmologiste au moins une fois par an.
    • Prévenez les maladies du cœur et des reins : faites surveiller votre tension, consultez votre médecin en cas d'essoufflement anormal, de fatigue durable ou de douleurs dans la poitrine à l'effort.
    • Ne fumez pas : le tabac augmente considérablement le risque de souffrir de complications cardiovasculaires. Réduisez également votre consommation d’alcool.
    Sur le même sujet :
    Deux équipes européennes mettent au point un pancréas bio-artificiel. Il s’agit d’une poche qui agit comme une pompe à insuline de l’intérieur du corps.
    Chez les femmes diabétiques avant leur grossesse, le risque de mort foetale in utero est multiplié par 4,5 selon une étude britannique. Normaliser sa glycémie avant d’être enceinte est crucial.
    Publié le 18 Juin 2012
    Dr Jean-Paul Marre
    Dans le diabète de type 1, l’objectif des médecins est d’aider les malades à ajuster les apports en insuline au plus proche de leurs besoins physiologiques et « en vie réelle 


    Liste des médicaments liés à la prise en charge de cette pathologie établie par Eureka santé/Vidal et figurant dans le répertoire de l'Ansm


    Insulines d'action rapide

    Analogues de l'insuline d'action rapide

    Insulines d'action intermédiaire

    Analogues de l'insuline d'action intermédiaire à début d'action rapide

    Insulines d'action intermédiaire à début d'action rapide

    Analogues de l'insuline d'action lente

    Hyperglycémiant : glucagon

    Autopiqueurs

      Bandelettes et électrodes pour estimation de la glycémie, logiciels de suivi de la glycémie

        Lancettes

          Lecteurs de glycémie


            source : © EurekaSanté par VIDAL
            Les informations sur les pathologies et les traitements sont actualisées tous les jours.
            Question d’actu
            19h10 - 23/04
            Position dans la voiture
            18h15 - 23/04
            Déception amoureuse, échec...
            17h37 - 23/04
            Pilons de poulet, épis de...
            16h25 - 23/04
            Autorisé aux Etats-Unis
            13h53 - 23/04
            Une hormone impliquée
             
             

            Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON Ce site respecte les principes de la charte HONcode.
            Site certifié en partenariat avec la Haute Autorité de Santé (HAS).
            Vérifiez ici.