Pourquoi Docteur
    NEWSLETTER
    LES MALADIES

    Arthrose et rhumatismes

    Qu'est-ce que l'arthrose ?

    Arthrose de la jambe

    L'arthrose, couramment appelée rhumatismes, est un vieillissement des articulations qui est lié à l'usure. L’arthrose touche surtout la nuque, le dos, les hanches, les genoux, les pieds et les mains. Les femmes sont trois fois plus touchées que les hommes. L’arthrose est un réel problème de santé publique, qui représente l’une des principales causes de la perte d’autonomie des personnes âgées.

    Quels sont les symptômes de l'arthrose ?

    La personne qui souffre d’arthrose se plaint d’avoir mal aux genoux, à la hanche ou d’avoir des difficultés à bouger ses doigts. Les symptômes disparaissent en général pendant le sommeil. Les douleurs des articulations sont plus intenses au réveil (jusqu'à ce que les articulations s'échauffent) et après un exercice plus soutenu qu'à l'ordinaire (jardinage, bricolage, randonnée, etc.). La maladie évolue par poussées, des épisodes douloureux alternant avec des périodes d’accalmies. Dans les stades avancés, la mobilité des articulations devient limitée : difficultés à saisir et manipuler des objets, à se déplacer, à s'habiller, etc.

    Quelles sont les causes de l'arthrose ?

    L'utilisation excessive de certaines articulations pour des motifs sportifs ou professionnels, pendant de nombreuses années, favorise l'apparition de la maladie. L’obésité y contribue en surchargeant les articulations des hanches, des genoux et des chevilles.

    Les cartilages qui protègent la surface des os à l’intérieur des articulations perdent leur souplesse au fil du temps ; de ce fait, leur capacité d’amortissement diminue. Ils se fissurent sous les contraintes de pression liées aux mouvements. Les surfaces articulaires sont moins bien lubrifiées, les ligaments deviennent fibreux. La souplesse et la flexibilité générale s’en trouvent affectées.

    Comment protéger ses articulations ?

    Chez les sportifs, le respect des règles d'échauffement et l'acquisition de bons gestes techniques vont éviter de surcharger les articulations. Chez les personnes obèses, perdre du poids réduit les risques d’arthrose des hanches et des genoux.

    Pour les personnes atteintes d'un début d'arthrose, des moyens simples et efficaces permettent de retarder l'évolution de la maladie.

    • Poursuivez ou commencez une activité physique adaptée à votre cas. La marche et la natation sont particulièrement recommandées. Préférez les sports pratiqués sur un sol élastique (sur terre battue, sur des chemins de terre, etc.).
    • Chaussez-vous bien. Investissez dans des chaussures de sport avec de bonnes semelles et des talons qui amortissent les chocs.
    • Évitez les journées entières de jardinage, de bricolage ou de randonnée intenses ; ne surmenez pas vos cartilages.
    • Si une articulation est douloureuse, immobilisez-la avec une orthèse adaptée (un appareil destiné à limiter les mouvements, disponible en pharmacie). Toutefois, n'immobilisez pas une articulation au-delà de deux ou trois jours.

    Comment soigne-t-on l'arthrose ?

    L'arthrose est habituellement soulagée par des traitements antalgiques pris par voie orale. Les substances préconisées sont : le paracétamol, l'aspirine, les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) à faible dose, comme l'ibuprofène.

    Si le soulagement est insuffisant, le médecin peut également prescrire des AINS disponibles uniquement sur ordonnance. En raison de leurs possibles effets indésirables digestifs plus ou moins graves (brûlures d’estomac, ulcère de l’estomac ou du duodénum), ils ne doivent pas être utilisés de façon prolongée sans avis médical. On les associe parfois à des médicaments protecteurs de l’estomac (inhibiteurs de la pompe à protons). Le médecin peut parfois associer à ces substances des médicaments contre la douleur dérivés de l’opium (codéine, tramadol).

    Certains anti-inflammatoires (AINS) peuvent également se présenter sous la forme de crème ou de gel pour usage local. Ils sont appliqués directement sur les petites articulations douloureuses (doigts, genoux, etc.). Ils n’exposent pas aux effets indésirables digestifs des AINS par voie orale.

    Le médecin peut également faire appel à des orthèses, à la kinésithérapie ou à des cures thermales. Dans les cas graves, la pose d’une prothèse articulaire peut s’avérer nécessaire, par exemple au niveau de la hanche ou du genou.

    Les infiltrations dans les articulations

    Lors d'arthrose sévère, certains médicaments sont injectés directement dans l'articulation douloureuse : acide hyaluronique et corticoïdes. Les injections d'acide hyaluronique dans le genou permettent de soulager la douleur et de diminuer la gêne. L'infiltration de corticoïdes consiste à les injecter dans ou autour d'une articulation pour calmer la douleur et réduire l'inflammation. Pratiquée dans de mauvaises conditions d'hygiène, une infiltration peut provoquer la survenue d'une infection au point d'injection, provoquant l'infection de l'articulation ou un abcès. Si vous constatez un gonflement très douloureux et chaud accompagné de fièvre dans les jours qui suivent une infiltration, prévenez aussitôt votre médecin.

    Sur le même sujet :
    Boire du lait permet de freiner l’évolution de l’arthrose du genou selon une récente étude. Ce n’est toutefois valable que pour les femmes, qui doivent aussi éviter le fromage.
    Des scientifiques font reculer d'un demi-million d'années l'évolution humaine. Un relief osseux de la main fait réviser la capacité à manier des outils des premiers hommes.
    L’Association de lutte anti-rhumatisme s'élève contre le projet de déremboursement de certains anti-arthrosiques. Un « retour en arrière », selon ces médecins.
    La Fédération française d’athlétisme fait la promotion de la marche nordique. Un sport qui traumatise moins les articulations que la course à pied et sollicite 80% des muscles du corps.
    D'après une étude britannique menée sur des souris, manger des brocolis pourrait ralentir les lésions arthriques, ou les différer. Un essai sur des hommes devrait bientôt commencer. 
    Publié le 1 Mars 2013
    Mathias Germain


    Liste des médicaments liés à la prise en charge de cette pathologie établie par Eureka santé/Vidal et figurant dans le répertoire de l'Ansm


    Paracétamol

    AINS : acéclofénac

    AINS : acide niflumique

    AINS : acide tiaprofénique

    AINS : alminoprofène

    AINS : célécoxib

    AINS : diclofénac

    AINS : étodolac

    AINS : étoricoxib

    AINS : flurbiprofène

    AINS : ibuprofène

    AINS : indométacine

    AINS : kétoprofène

    AINS : méloxicam

    AINS : nabumétone

    AINS : naproxène

    AINS : piroxicam

    AINS : sulindac

    AINS : ténoxicam

    Traitements antalgiques locaux : AINS

      Traitements antalgiques locaux : corticoïde et salicylate

        Antiarthrosiques : acide hyaluronique

        Corticoïdes injectables

          Antiarthrosiques : chondroïtine sulfate

          Antiarthrosiques : diacéréine

          Antiarthrosiques : extraits d'avocat et soja

          Antiarthrosiques : glucosamine

          Homéopathie

          Médicaments de rhumatologie divers

          Oligoéléments

          Phytothérapie

          Sels d'or

            Traitements locaux divers

            Compléments alimentaires - Articulations

              Produits injectables viscoélastiques


                source : © EurekaSanté par VIDAL
                Les informations sur les pathologies et les traitements sont actualisées tous les jours.
                Question d’actu
                18h44 - 19/04
                Meilleur qu'un lifting
                18h43 - 19/04
                Inhibiteurs de recapture de...
                15h00 - 19/04
                La même technique que pour...
                12h32 - 19/04
                La 1ère victime identifiée
                10h36 - 19/04
                Après un syndrome méningé
                 
                 

                Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON Ce site respecte les principes de la charte HONcode.
                Site certifié en partenariat avec la Haute Autorité de Santé (HAS).
                Vérifiez ici.