Pourquoi Docteur
    NEWSLETTER
    LES MALADIES

    Accueil > Les MALADIES> Allergie alimentaire

    Allergie alimentaire

    Qu'appelle-t-on allergie alimentaire ?

    goûter d'un enfant

    L’allergie alimentaire est une réaction du système immunitaire à l’ingestion d’un aliment particulier. En France, le nombre de cas d’allergie chez les enfants a doublé ces cinq dernières années, atteignant désormais 8 à 10 % des enfants de moins de douze ans. Parmi ces allergies, un nombre croissant est provoqué par certains aliments.

    Ces allergies alimentaires ne doivent pas être confondues avec les intolérances alimentaires, plus répandues mais moins spectaculaires. Les nourrissons peuvent être touchés, par exemple par l’allergie aux protéines de lait de vache.

    Quels sont les symptômes des allergies alimentaires ?

    Les allergies alimentaires entraînent généralement une réaction immédiate (plus rarement 24 à 48 heures plus tard), parfois très intense :

    • un gonflement des lèvres, de la langue ou de la luette ;
    • des rougeurs et des démangeaisons au niveau de la bouche ;
    • des nausées ou des vomissements ;
    • des coliques et des diarrhées ;
    • des manifestations de la peau : démangeaisons, rougeurs, eczéma, urticaire ;
    • des maux de tête ;
    • des symptômes ressemblant à l’asthme ;
    • un gonflement (œdème) des paupières, des mains, des pieds, voire du visage et de la gorge.

    Dans les formes les plus sévères (choc anaphylactique), l’œdème de la gorge peut bloquer la respiration et mettre la vie en danger. On observe parfois une perte de conscience et un coma. Généralement, les allergies alimentaires vont en s’aggravant : la réaction du système immunitaire est de plus en plus intense lors de chaque exposition à l’aliment responsable.

    Lorsqu’un enfant souffre de terrain allergique (rhume des foins, asthme, eczéma, etc.), il est essentiel de consulter un médecin dès les premiers signes de réaction inhabituelle suite à l’ingestion d’un aliment. Cette mesure de précaution peut prévenir le risque de complications graves.

    Pourquoi les allergies alimentaires sont-elles de plus en plus fréquentes ?

    Plusieurs hypothèses sont invoquées pour expliquer la fréquence croissante des allergies alimentaires, en particulier chez les enfants.

    • Une plus grande diversification des aliments. Avec les transports aériens et la mondialisation des denrées alimentaires, nous sommes exposés à de nombreux aliments que nos ancêtres ne connaissaient pas. De plus, chez les nourrissons, une diversification alimentaire trop précoce a été associée à une augmentation des cas d’allergie de ce type.
    • Des végétaux de plus en plus sélectionnés. Les progrès de la sélection de nouvelles variétés de céréales, de fruits et de légumes ont modifié leur composition chimique.
    • Une complexification de la fabrication des aliments. La création continue de nouveaux ingrédients et de nouveaux procédés agroalimentaires entraîne de nouvelles allergies. Par exemple, des enfants qui mangent du pain sans problème peuvent devenir allergiques aux isolats de blé (des protéines de blé rendues plus solubles et utilisées comme liants dans les charcuteries).
    • Une influence négative de la pollution de l’air par des particules de diesel ou des solvants, par exemple, et qui augmenterait la sensibilité allergique en général.
    • Une trop grande hygiène ! Certains scientifiques pensent que, chez les enfants, l’absence d’exposition aux micro-organismes dans l’environnement et l’alimentation favoriserait l’apparition d’un terrain allergique.

    Quels sont les aliments responsables d'allergie alimentaire ?

    Chez les enfants, les trois quarts des allergies sont dues à cinq familles d’aliments : les œufs, l’arachide (cacahuète), le lait de vache, les céréales et le poisson.

    Chez les adultes, la moitié des allergies est due à sept familles d’aliments :

    • les fruits de la famille des rosacées, par exemple les poires, les pommes, les pêches, les cerises ou les abricots ;
    • les fruits de la famille « latex » : kiwis, bananes, avocats et châtaignes ;
    • les légumes de la famille des ombellifères tes que céleri ou cerfeuil ;
    • les fruits à coque comme les amandes, noisettes, noix ou pistaches ;
    • les céréales telles que le blé, l’orge ou le seigle ;
    • l’arachide ;
    • l’œuf.

    Les dérivés du soja comme le tofu ou le lait de soja sont également responsables d’allergies alimentaires.

    Peut-on prévenir les allergies alimentaires ?

    Quelques règles permettraient de prévenir l’apparition des allergies alimentaires chez les enfants :

    • Éviter de manger des aliments allergisants pendant la grossesse et l’allaitement, en particulier lorsqu’un parent, ou les deux, sont sujets aux allergies (rhume des foins ou asthme, par exemple).
    • Retarder la diversification alimentaire chez les enfants. Il est préférable que le nourrisson ne reçoive que du lait maternel ou artificiel avant l’âge de six mois et que les règles de diversification alimentaire soient respectées. En particulier, il faut éviter la consommation d’arachides ou de fruits à coque (amandes, noix, noisettes, noix de cajou, etc.) avant l’âge de trois ans.
    Sur le même sujet :
    Manger progressivement une quantité croissante de cacahuètes pour éviter l'allergie à l'arachide, c'est la technique de désensibilation qui a été testée avec succès chez 99 enfants.
    Une équipe britannique a obtenu des résultats très prometteurs contre l'allergie à l'arachide grâce à une technique de désensibilisation, l’immunothérapie par voie orale, déjà très utilisée contre les allergènes respiratoires comme les pollens.  
    L’immunothérapie par voie orale, déjà très utilisée contre les allergènes respiratoires comme les pollens, montre des résultats très prometteurs dans les allergies alimentaires.
    Allergie aux nounours gélifiées ou à la salive de chat, le congrès américain de l’Allergie est l’occasion de la présentation de cas cliniques étonnants.  
    Pour réduire le risque d'intolérance au gluten, mieux vaut diversifier l'alimentation du bébé entre 4 et 6 mois, pas avant, ni après, confirme une étude parue dans Pediatrics.

    source : © EurekaSanté par VIDAL
    Les informations sur les pathologies et les traitements sont actualisées tous les jours.
    Question d’actu
    13h54 - 24/04
    Dépenses de santé
    13h31 - 24/04
    Consommateurs réguliers
    12h14 - 24/04
    Etude sur la souris
    11h55 - 24/04
    Selon l'Organisation Mondiale...
    07h00 - 24/04
    Démence
     
     

    Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON Ce site respecte les principes de la charte HONcode.
    Site certifié en partenariat avec la Haute Autorité de Santé (HAS).
    Vérifiez ici.